POLITIQUE

Relation entre le sénateur Boisvenu et son adjointe: une affaire personnelle

05/03/2013 04:55 EST | Actualisé 05/05/2013 05:12 EDT
PC

OTTAWA - Un des collègues du sénateur conservateur Pierre-Hugues Boisvenu se désole de la situation dans laquelle celui-ci se trouve. Mais le sénateur Jean-Guy Dagenais avance que la règle à laquelle le sénateur Boisvenu contrevient n'est pas si sérieuse que ça.

Le sénateur Dagenais est l'autre visage francophone du gouvernement Harper lorsqu'il s'agit de parler de loi et d'ordre.

Intercepté mardi après-midi après qu'il ait justement participé à une annonce d'un projet de loi imposant des peines minimales pour la contrebande de tabac, le sénateur Dagenais était manifestement mal à l'aise de discuter du cas de son collègue. À chaque question de la journaliste, son adjoint l'enjoignait à partir.

Il a tenu tout de même à défendre M. Boisvenu. «Ce n'est pas une règle comme (celles) sur les dépenses du Sénat. Je pense que c'est une affaire plus personnelle», a-t-il avancé.

Cette règle dont il parle interdit à un parlementaire de faire travailler un conjoint ou un membre de sa famille. Samedi, le quotidien La Presse révélait que le sénateur Boisvenu entretient une relation amoureuse depuis plusieurs mois déjà avec son adjointe.

«J'ai pris connaissance de cette règle-là il y a deux jours parce que ce n'est pas une règle qui a attiré mon attention», a offert le sénateur Dagenais, tentant d'expliquer le comportement de son collègue.

Tout de même, lorsqu'on a demandé à l'ex-policier si les choses devraient en rester là, il a renvoyé l'affaire à la leader du gouvernement au Sénat, Marjory LeBreton.

«Il y a des dispositions qui seront prises et c'est la ministre LeBreton qui a la responsabilité de ce dossier-là», a-t-il dit.

Mme LeBreton n'a pas retourné l'appel de La Presse Canadienne, mardi, le sénateur Boisvenu non plus.