NOUVELLES

Mali: Paris propose des "conseillers" pour protéger les droits des femmes

05/03/2013 01:18 EST | Actualisé 05/05/2013 05:12 EDT

Paris propose d'envoyer au Mali des "conseillers" pour protéger les droits des femmes dans le cadre de l'opération de maintien de la paix que l'ONU souhaite déployer, a indiqué mardi la ministre française des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem.

La France "va soutenir l'idée dans la prochaine résolution sur l'envoi de forces de maintien de la paix de l'ONU au Mali de déployer sur le terrain des conseillers de protection chargés spécifiquement des droits des femmes", a-t-elle déclaré à la presse.

Elle a précisé qu'elle en avait discuté avec Mme Zainab Hawa Bangura, représentante spéciale de l'ONU pour la lutte contre les violences dans les conflits armés.

Ces "conseillers" pourraient aider les femmes victimes de violences sexuelles à dénoncer ces exactions, a précisé la ministre française: ils "auront pour rôle d'accompagner les victimes dans la dénonciation des faits et le retour à une vie la plus normale possible".

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon doit remettre avant fin mars au Conseil de sécurité un rapport sur les modalités de mise en place d'une mission de Casque bleus au Mali. Il faudra ensuite une résolution du Conseil pour créer cette mission.

Mme Vallaud-Belkacem participe à New York à la session annuelle de la Commission de l'ONU sur le statut de la femme.

Selon des diplomates, le Vatican, l'Iran ou la Russie, entre autres pays, s'efforcent d'édulcorer un passage du communiqué final de cette conférence qui affirme que religion, coutumes ou traditions ne peuvent pas servir de prétexte à un gouvernement pour ne pas lutter contre les violences faites aux femmes.

A ce propos Mme Vallaud-Belkacem a affirmé son opposition à "toute forme de relativisme culturel quand il s'agit des droits des femmes". "Les violences sont des violences quelle que soit la société où elle se produisent", a-t-elle dit. Elle a cependant estimé qu'il ne fallait "pas opposer une région à une autre mais s'appuyer sur les forces positives dans chacun des pays".

avz/mdm

PLUS:afp