NOUVELLES

L'ONU étudie de nouvelles sanctions sévères contre la Corée du Nord

05/03/2013 01:12 EST | Actualisé 05/05/2013 05:12 EDT

NATIONS UNIES, États-Unis - Une résolution présentée par la Chine et les États-Unis visant à punir la Corée du Nord pour son plus récent test nucléaire pourrait imposer certaines des sanctions les plus sévères jamais ordonnées par les Nations unies, a déclaré mardi l'ambassadrice américaine à l'ONU, Susan Rice.

Mme Rice a fait circuler le texte mardi parmi les membres du Conseil de sécurité. Elle a déclaré aux journalistes que «l'ampleur et la portée» de ces sanctions était «exceptionnelle» et que ces mesures limiteraient davantage la possibilité pour la Corée du Nord de concevoir des armes nucléaires et des missiles balistiques.

«Nous espérons que le texte soit adopté à l'unanimité plus tard cette semaine», a indiqué Mme Rice.

Cette quatrième résolution imposant des sanctions à la Corée du Nord vise pour la première fois les activités illicites des diplomates nord-coréens, ainsi que les relations bancaires et les transferts d'argent illicites, a déclaré l'ambassadrice des États-Unis. La résolution prévoit des mesures encore plus sévères si la Corée du Nord mène un autre test de missile ou un test nucléaire, a-t-elle ajouté.

Quelques heures avant la réunion du Conseil de sécurité, la régime nord-coréen a menacé d'annuler le cessez-le-feu de 1953 qui a mis fin à la guerre de Corée.

Citant la volonté des États-Unis d'imposer de nouvelles sanctions, le commandement suprême de l'Armée populaire de Corée a menacé de mener des «frappes chirurgicales» destinées à réunifier la péninsule coréenne avec un «outil de frappe nucléaire de grande précision».

La Corée du Nord affirme que son programme nucléaire est une réponse à l'hostilité des États-Unis qui remontre à la guerre de 1950-1953 dans la péninsule coréenne. Le conflit s'est terminé par un armistice et non un traité de paix, ce qui fait en sorte que les deux Corées sont techniquement toujours en état de guerre.

PLUS:pc