NOUVELLES

L'ivoire des éléphants africains est trafiqué dans le cyberespace

05/03/2013 08:54 EST | Actualisé 05/05/2013 05:12 EDT

BANGKOK - Le cyberespace représente maintenant une menace bien réelle à la survie des éléphants africains, ont prévenu mardi des écologistes.

Une représentante du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), Tania McCrea-Steele, a expliqué que des défenses prélevées illégalement par des braconniers sont vendues et achetées en ligne partout à travers le monde.

Les groupes environnementaux qui assistent cette semaine à Bangkok à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction, à laquelle appartiennent 178 pays, demandent aux forces de l'ordre de la planète de s'attaquer au problème.

Le braconnage des éléphants atteint des proportions jamais vues en 20 ans, en partie en raison de la demande en provenance d'Asie où l'ivoire est transformé en décorations ou en objets vendus aux touristes.

Une autre organisation environnementale, la Environmental Investigation Agency, a publié mardi un communiqué dans lequel elle affirme que 10 000 annonces mises en ligne sur le site d'emplettes de Google au Japon font la promotion de la vente d'ivoire.

Environ 80 pour cent de ces annonces portent sur des «hanko», des timbres qui sont fréquemment utilisés au Japon pour apposer une signature sur des documents officiels. Le groupe affirme que les ventes de hanko au Japon alimentent la demande pour l'ivoire africain et accuse Google de faire la sourde oreille à ses demandes.

IFAW, en revanche, s'est félicité de sa collaboration avec eBay pour mettre fin à la vente d'objets d'ivoire sur ce site.

Environ 5 millions d'éléphants fréquentaient les plaines subsahariennes il y a 70 ans, mais il n'en resterait plus que quelques centaines de milliers. Une livre d'ivoire vaudrait environ 1300 $ US sur le marché noir.

PLUS:pc