NOUVELLES

L'Iran rejette les accusations "d'ingérence" à Bahreïn

05/03/2013 05:54 EST | Actualisé 05/05/2013 05:12 EDT

L'Iran a estimé mardi que les accusations d'ingérence dans les affaires intérieures de Bahreïn portées à son encontre par les pays du Golfe étaient "contraires à la réalité" et destinées à "éluder les vrais problèmes" du royaume secoué par une contestation populaire.

"L'accusation d'ingérence de l'Iran dans les affaires de Bahreïn est contraire à la réalité et est destinée à éluder les vrais problèmes, et cela n'aura pas de résultat", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast.

"Nous n'avons pas fait, ne faisons pas et ne ferons pas d'ingérence dans les affaires nationale d'un pays", a souligné le porte-parole, pressant Bahreïn de "rechercher la bonne solution pour résoudre ses problèmes, c'est à dire écouter les demandes légitimes de son peuple au lieu de prendre des mesures militaires et sécuritaires".

Petit royaume du Golfe dirigé par la monarchie sunnite des Al-Khalifa, Bahreïn est secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation animé par la majorité chiite qui réclame une monarchie constitutionnelle. Les heurts ont fait au moins 80 morts, selon la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH).

Les monarchies du Conseil de coopération du Golfe (CCG: Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar) avaient dénoncé dimanche l'ingérence de l'Iran, soupçonné de contribuer à la tension à Bahreïn.

Les pays du CCG "aspirent à de meilleures relations avec l'Iran qui, malheureusement, poursuit ses ingérences dans (leurs) affaires", avait déploré le ministre bahreïni des Affaires étrangères, cheikh Khaled Al-Khalifa.

En février, les autorités bahreïnies avaient accusé l'Iran d'avoir entraîné, armé et financé une "cellule terroriste" récemment démantelée, chargée de mener des actes de violence dans le royaume.

Les monarchies du Golfe entretiennent des relations tendues avec l'Iran, qui occupe également depuis 1971 trois îles stratégiques du Golfe revendiquées par les Emirats arabes unis.

Le programme nucléaire controversé de Téhéran est également une source d'inquiétude pour le CCG, qui appelle de ses voeux un Proche-Orient sans arme de destruction massive et nucléaire.

fpn/cyj/feb

PLUS:afp