NOUVELLES

Les bâtons de hockey seront de nouveau admis dans les cabines d'avion aux É.-U.

05/03/2013 08:47 EST | Actualisé 05/05/2013 05:12 EDT

WASHINGTON - Si les couteaux à lame rétractable et les lames de rasoir sont toujours interdits, les bâtons de hockey seront dorénavant admis dans les cabines des transporteurs aériens américains pour la première fois depuis les attentats terroristes du 11 septembre 2001.

L'annonce faite mardi par l'agence nationale américaine de sécurité dans les transports (TSA) suscitera certainement la jalousie des hockeyeurs canadiens puisque les bâtons de hockey sont toujours bannis des cabines des avions au nord de la frontière.

Transports Canada considère les bâtons de hockey comme des «objets contondants» qui pourraient être utilisés pour infliger des blessures graves et ne prévoit pas réviser sa politique à ce sujet dans un avenir proche.

Les États-Unis ne nourrissent apparemment pas les mêmes inquiétudes. Dès le 25 avril, les joueurs de hockey américains pourront apporter leur bâton à bord en vertu des nouvelles règles dévoilées mardi par John Pistole, le directeur de la TSA, lors d'une conférence sur la sécurité à New York.

Les bâtons ne seront pas les seuls objets autrefois considérés comme dangereux qui pourront de nouveau voyager avec les passagers dans les avions. La mise à jour effectuée par la TSA dans le but de conformer sa politique à celle de l'Union européenne permettra aussi le retour des bâtons de golf et de ski ainsi que des petits couteaux dont la lame ne fait pas plus de 6 cm.

Selon la TSA, les pilotes armés, les policiers de l'air fédéraux et les membres d'équipage des compagnies aériennes ayant reçu une formation en autodéfense peuvent protéger les personnes à bord contre quiconque déciderait de se livrer à des actes de violence en plein milieu d'un vol.

Les syndicats représentant les agents de bord ont cependant dénoncé cette décision, soutenant qu'elle témoignait d'un manque de jugement et de vision à long terme de la part de la TSA et qu'elle ferait courir de plus grands risques aux agents et aux passagers.

PLUS:pc