NOUVELLES

Haïti : Jean-Claude Duvalier aurait été hospitalisé après sa comparution

05/03/2013 12:25 EST | Actualisé 05/05/2013 05:12 EDT

L'ancien dictateur haïtien Jean-Claude Duvalier aurait été hospitalisé pour une raison non précisée à la suite de sa comparution devant un tribunal, la semaine dernière, a indiqué un de ses avocats.

Me Reynold Georges a dit lundi soir que Duvalier ne se sentait déjà pas bien avant de se présenter devant la cour. Le médecin de l'ancien chef d'État lui aurait même recommandé de ne pas témoigner. L'avocat en aurait décidé autrement.

Duvalier a témoigné pour répondre à des allégations de violation des droits de la personne pendant son règne de 15 ans à la tête du pays.L'avocat a refusé de dévoilé le nom de l'hôpital où serait soigné Duvalier.

Au cours de sa comparution, la semaine dernière, les juges ont questionné l'ancien dictateur au sujet des prisonniers politiques détenus et torturés durant son règne. Ils lui ont aussi posé des questions sur un journaliste bien connu forcé à l'exil.

Lui-même a plutôt défendu son régime, affirmant que sous son règne, Haïti vivait de plus belles heures qu'aujourd'hui.

Les plaignants doivent témoigner jeudi mais les juges n'ont pas ordonné à Duvalier de comparaître de nouveau.

Des milliers de personnes ont été emprisonnées, torturées et tuées pour s'être opposées au régime de Jean-Claude Duvalier, qui est devenu président à l'âge de 19 ans après la mort de son père, « Papa Doc ». Il a été chassé du pouvoir par une révolte populaire en 1986.

Jean-Claude Duvalier a surpris le monde en revenant en Haïti au début de 2011, après un exil de 25 ans en France.

Durant son absence, il est resté plutôt discret, à l'exception d'une allocution radiophonique diffusée en septembre 2007, dans laquelle il s'était excusé pour les fautes commises sous son règne.

Le cas Duvalier semblait avoir été abandonné jusqu'à ce qu'il se retrouve devant la cour d'appel haïtienne en janvier. Un juge de première instance avait statué, en 2012, que Duvalier ne devrait faire face qu'à des accusations de crimes financiers.

PLUS:rc