NOUVELLES

Construction : la négociation des conventions collectives va enfin commencer

05/03/2013 06:20 EST | Actualisé 05/05/2013 05:12 EDT

Les négociations en vue de renouveler les conventions collectives des quelque 150 000 ouvriers de la construction vont finalement commencer dans les prochains jours, a appris La Presse Canadienne. Et le processus est en retard de plus de deux mois sur l'échéancier normal.

Les conventions collectives dans l'industrie de la construction viennent à échéance le 30 avril. Normalement, les demandes sont déposées en décembre. Or, à ce moment-ci, les demandes n'ont pas encore été déposées.

Le retard vient d'un désaccord survenu entre les cinq organisations syndicales du secteur de la construction, dans le contexte de la loi qui a non seulement aboli le placement syndical, mais qui a aussi modifié des aspects importants du processus de négociation.

Les syndicats ont dû demander à un arbitre d'intervenir dès le départ pour trancher leur désaccord, ce qui a été fait. La négociation pourra donc finalement commencer, peut-être la semaine prochaine.

La négociation des conventions collectives dans la construction est un processus complexe qui engage quatre associations patronales et cinq organisations syndicales.

Le temps presse

À huit semaines de l'échéance des conventions collectives, le temps presse, ont indiqué des représentants des deux parties, mardi.

« Il va falloir que ce soit en mode accéléré si on veut arriver à une entente pour le 1er mai », a commenté le directeur général de l'Association des entrepreneurs en construction du Québec, Pierre Dion.

« Ça va être assez rock and roll comme échéancier pour négocier », a admis le directeur général de la FTQ-Construction, Yves Ouellet. « Le temps qu'on perd, c'est d'autant plus stressant pour nous autres de rentrer dans notre cédule. Et ça retarde ton droit de grève! »

Le syndicaliste souligne que les ouvriers de la construction n'ont pas droit à la rétroactivité, contrairement à d'autres secteurs d'activités. « La dernière fois, les nouvelles conditions de travail sont entrées en vigueur le 1er octobre et c'était échu depuis le 1er mai. Et il n'y avait pas de rétroactivité », a déploré M. Ouellet.

Il n'a pu dire quelles seront les demandes syndicales, puisque les parties n'en sont même pas rendues là.

Dans la construction, chaque secteur a sa convention collective distincte, mais assortie d'un tronc commun. Ainsi, l'Association des entrepreneurs en construction négocie les clauses communes à tous les secteurs, comme les avantages sociaux.

De leur côté, les trois autres associations patronales négocient les clauses propres à leurs secteurs d'activité, soit l'Association provinciale des constructeurs d'habitation du Québec pour le secteur résidentiel, l'Association des constructeurs de routes et grands travaux pour le génie civil et voirie, de même que l'Association de la construction du Québec pour le secteur institutionnel, commercial et industriel.

PLUS:rc