NOUVELLES

Affaire Puerto - Les écoutes révèlent le côté artisanal du système Fuentes

05/03/2013 12:37 EST | Actualisé 05/05/2013 05:12 EDT

Le début des auditions des écoutes téléphoniques au procès de l'affaire de dopage Puerto, mardi, a mis en évidence le caractère non seulement illégal mais aussi "artisanal" du système du Dr Eufemiano Fuentes, principal accusé dans cette affaire.

Les auditions des écoutes se sont concentrées mardi sur les 13 et 14 mai 2006, un week-end correspondant à une grande période d'activité pour Fuentes, dont plusieurs clients étaient alors engagés dans le Tour d'Italie.

On entend ainsi un Fuentes se décrivant lui-même comme "hystérique" parce que son collègue, l'hématologue José Luis Merino Batres (qui a bénéficié d'un non-lieu dans le procès Puerto pour cause d'Alzheimer) est parti en week-end, le laissant ainsi sans glycérol pour congeler comme il se doit les poches de sang de plusieurs de ses clients.

Dans une conversation de Fuentes à Merino, le samedi 13, le médecin canarien se plaint à son complice: "Il faut que je fasse fonctionner ça. Après tout, c'est moi le responsable de tout ça. Birillo (nom de code de Basso, reconnu par ce dernier, ndlr) est en train d'attendre et qu'est-ce que je lui dis, moi, à Birillo? Qu'il n'y a pas à manger? Le train est en train de partir et bientôt il sera dans un endroit impossible (les montagnes du Giro, ndlr) à approvisionner en sandwiches. Nous avions prévu de longue date que ce week-end nous lui donnerions un sandwich. S'il n'y a pas de saucisson, je lui mettrai du chorizo ou du fromage. On lui avait aussi promis quelques glaces" (poches de sang dans le jargon de Fuentes, ndlr).

A l'autre bout du fil, un Merino Batres un peu dépassé promet qu'il va alors appeler quelques connaissances dans différents hôpitaux d'Espagne pour voir s'ils ont ce qu'il faut.

Edifiantes quant au caractère extrêmement précaire de tout le système mis sur pied par Fuentes, ces conversations téléphoniques permettent aussi de confirmer l'identité de certains coureurs impliqués.

Ce même samedi 13 mai, Fuentes et le préparateur physique José Ignacio Labarta, également accusé dans l'affaire, commentent ainsi le classement du jour de l'étape du Giro (la 8ème).

"Le Buffle est arrivé 4e (José Enrique Gutierrez), Birillo est à 16 secondes (Basso), Zapatero (Michele Scarponi) à 20 et le numéro un à 24 (plusieurs possibilités). Tous très bien. Les tiens marchent décidément très bien", le félicite ainsi Labarta.

cle/gv

PLUS:afp