DIVERTISSEMENT

1000 jours pour la planète : Jean Lemire sonne l'alarme

05/03/2013 02:12 EST | Actualisé 05/05/2013 05:12 EDT
PC

Lorsqu’ils ont entrepris la mission 1000 jours pour la planète, à pareille date l’an dernier, Jean Lemire et l’équipage du voilier Sedna IV ne s’attendaient pas à entendre une telle sonnette d’alarme. Parti dans la foulée de la Décennie de la biodiversité des Nations Unies, afin de poser un regard sur l’état actuel de la vie humaine, animale et végétale un peu partout sur le globe, le groupe de scientifiques a complété le tiers de son périple, qui s’étalera sur 36 mois.

Le compte-rendu de sa première année d’exploration sera détaillé dans trois documentaires diffusés à l’émission Découvertes, sur les ondes de Radio-Canada, les 10, 17 et 24 mars prochains, à 18h30. Et le bilan tracé par Lemire et ses acolytes s’avère fort inquiétant.

C’est que le fragile équilibre de la biodiversité planétaire est présentement plus menacé que jamais, alors que le taux d’extinction des espèces animales et végétales est désormais l’un des plus élevés de notre histoire. L’exploitation anarchique des ressources par l’être humain contribue à bousculer le rythme naturel de notre évolution. Mais il est encore possible d’agir, croient les spécialistes de tous les pays montés à bord du Sedna IV, en effectuant un travail de dénonciation et d’éducation sur le terrain, pour qu’au final, la vie sorte gagnante de la cohabitation entre l’homme et les autres êtres vivants. Car, comme le dit si bien l’animateur Charles Tisseyre, « quelques passionnés peuvent arriver à limiter les dégâts de nos sociétés. »

Dans un premier temps, la caméra du réalisateur Yanick Rose nous entraînera au Costa Rica, où une réserve a été aménagée pour protéger les jaguars de l’extermination, eux dont l’habitat forestier ne cesse de diminuer au profit des terres agricoles et des développements urbains. On y verra des bêtes photographiées sur plusieurs années et on mesurera l’étendue de leur territoire à partir de la vue d’un hélicoptère. On partira ensuite sur la piste des braconniers responsables du triste destin de ces jaguars. On fera la connaissance d’un scientifique qui se dévoue à la survie des iguanes bleus, et d’un autre qui nous rassurera sur l’espérance de vie du paresseux nain, dont 63 représentants de la race sont toujours debout.

Au deuxième épisode, ce sont les animaux marins qui retiendront l’attention, comme les grands prédateurs (le requin et l’espadon, entre autres) dont le nombre a diminué de 90% en 50 ans. Les techniques de pêche parfois barbares de ces poissons glaceront le sang des plus sensibles. On dévoilera l’existence d’un marché asiatique d’ailerons de requins, ingrédient prisé pour les soupes, qui provoque chaque année la disparition de 40 à 70 millions de spécimens. La tortue luth, dont le potentiel de reproduction est altéré en raison du réchauffement climatique, passera aussi sous la loupe de Jean Lemire et ses troupes, qui ont avoué, au visionnement de presse, lundi, avoir payé 60$ pour en tirer une des griffes des braconniers.

Quant à la troisième heure de ce journal de bord filmé, elle traitera de la sauvegarde des baleines à bosse et de l’alimentation contaminée par le plastique des albatros du Pacifique. Les magnifiques images de la série sont appuyées par la musique de Martin Léon. 1000 jours pour la planète à Découvertes sera rediffusée sur Explora le lundi et le vendredi suivant la présentation originale, à 19h, et sur RDI, le samedi à 20h.

Pendant la seconde année de son voyage, le Sedna IV accostera dans des lieux plus exotiques, comme la Polynésie française et l’Indonésie, où les gens se battent contre l’élévation du niveau des mers, et où la déforestation demeure une problématique constante.

On peut suivre les péripéties de Jean Lemire et ses partenaires de route sur le site de Radio-Canada, où textes, vidéos, carte du monde interactive et projets pédagogiques nous font vivre l’aventure comme si on y était.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques photos rapportées par l'équipe de Jean Lemire
Efficacité environnementale: le classement des pays développés