NOUVELLES

Une peine d'assignation à résidence pour un ex-prêtre coupable de crimes sexuels

04/03/2013 03:56 EST | Actualisé 04/05/2013 05:12 EDT

WINDSOR, Ont. - Un ancien prêtre catholique de l'Ontario a été condamné à une peine d'assignation à résidence de six mois après avoir reconnu sa culpabilité à des crimes de nature sexuelle commis il y a plus de 50 ans.

Le père William Hodgson Marshall, âgé de 90 ans, a plaidé coupable à deux chefs d'attentat à la pudeur impliquant deux adolescents dans des incidents qui ont eu lieu dans les années 1950 et 1960 en Saskatchewan.

Marshall bénéficie actuellement d'une libération conditionnelle après avoir plaidé coupable, en 2011, à 17 chefs d'accusation d'agressions sexuelles contre des enfants, commises pendant qu'il enseignait dans des écoles de Windsor, Toronto et Sudbury, en Ontario.

Son avocat, Andrew Bradie, a déclaré que la peine était juste et que son client était satisfait que le dossier ait été traité.

Une fois que la période d'assignation à résidence aura été écoulée, Marshall sera en probation pour une période de 30 mois.

La défense demandait une peine d'emprisonnement avec sursis, alors que la Couronne recommande une peine de neuf à 12 mois de prison.

«Il a vécu des moments difficiles et je sais que des gens diront qu'il a fait vivre des moments difficiles à d'autres personnes, ce que l'on ne peut nier», a affirmé Me Bradie, après le prononcé de la peine.

«Mais les dernières années, avec les accusations à Sudbury, à Toronto, à Windsor et Saskatchewan, et le fait qu'il ait purgé une peine au pénitencier, l'ont beaucoup éprouvé.»

Environ 70 personnes manifestaient à l'extérieur du palais de justice où Marshall a comparu lundi matin.

Une manifestante, Catherine Lewis, a soutenu que l'Église devait répondre de ses actes.

«L'Église doit cesser de camoufler cela (...) Trop de vies ont été ruinées. Les auteurs de ces crimes doivent payer pour ce qu'ils ont fait», a-t-elle déclaré.

PLUS:pc