NOUVELLES

Sida: échec de la prévention chez des jeunes femmes en Afrique du sud (étude)

04/03/2013 01:35 EST | Actualisé 04/05/2013 05:12 EDT

Les jeunes femmes en Afrique du Sud ne paraissent pas prendre régulièrement des anti-rétroviraux ou recourir à un gel vaginal pour réduire nettement le risque d'infection avec le virus du sida, laisse penser un vaste essai clinique publié lundi aux Etats-Unis.

Aucun des trois traitements préventifs testés --les antirétroviraux Truvada et Ténofovir, ce dernier également sous forme de gel vaginal-- ne s'est révélé être efficace pour prévenir l'infection avec le VIH (virus de l'immunodéficience humaine) parmi 5.029 femmes de 25 ans (âge médian) enrôlées pour cet essai clinique, dit "Voice".

La plupart des participantes n'ont pas pris ces traitements quotidiennement comme recommandé, les médicaments ont été détectés dans moins d'un tiers des échantillons de sang des jeunes femmes qui étaient supposées les prendre sous forme de comprimés. Ce taux était inférieur à 25% chez celles qui devaient utiliser le gel vaginal Ténofovir.

De plus, celles qui sont probablement les moins enclines à respecter ces traitements prophylactiques (les célibataires de moins de 25 ans) sont aussi celles qui ont le plus grand risque d'être infectées.

Les résultats de l'étude ont été présentés à la 20e conférence annuelle sur les rétrovirus et les infections opportunistes (Croi), réunie à Atlanta (Géorgie, sud-est des Etats-Unis).

L'incidence de l'infection approchait les 10% dans certains sites où l'étude a été menée, surtout en Afrique du Sud, où le taux est nettement plus élevé qu'attendu, selon les Dr Zvavahera Mike Chirenje de l'université du Zimbabwe à Harare et Jeanne Marrazzo, professeur de médecine à l'université de Washington à Seattle (nord-ouest des Etats-Unis).

"Bien qu'il pourrait y avoir d'autres explications au fait que ces traitements ne sont pas toujours efficaces pour prévenir l'infection, il est difficile d'ignorer que seul un petit nombre de femmes dans l'étude les a utilisés régulièrement", a noté le Dr Marrazzo, qui souligne le "besoin urgent de trouver d'autres méthodes de prévention efficaces et sûres".

De précédents essais cliniques ont montré que dans d'autres groupes de population, prendre quotidiennement du Truvada ou du Ténofovir est très efficace pour réduire le risque d'infection avec le VIH, rappellent ces chercheurs.

Sur les 5.029 femmes de l'étude, financée par les Instituts américains de la santé (NIH), 4.077 se trouvaient en Afrique du sud, 322 en Ouganda et 630 au Zimbabwe.

js/are

PLUS:afp