NOUVELLES

Le TSX est tiré vers le bas par les données chinoises et les coupes américaines

04/03/2013 04:41 EST | Actualisé 04/05/2013 05:12 EDT

TORONTO - Une nouvelle ronde d'inquiétudes au sujet de l'économie chinoise et l'incertitude entraînée par l'entrée en vigueur d'importantes coupes budgétaires aux États-Unis à la fin de la semaine dernière ont fait reculer lundi l'indice de référence de la Bourse de Toronto.

L'indice S&P/TSX a cédé 65,71 points pour terminer la séance à 12 707,41 points, tiré vers le bas par les titres des secteurs de l'énergie et des mines, tandis que la Bourse de croissance TSXV a abandonné 22,91 points à 1097,17 points.

L'expansion du secteur des services en Chine a ralenti le mois dernier pour atteindre son rythme le plus lent depuis septembre. L'indice des gestionnaires d'achats des industries non manufacturières a retraité à 54,5 points en février, par rapport à 56,2 points en janvier.

«(La Chine) n'est pas le seul moteur de croissance mondiale, mais elle est un très, très important moteur de la croissance mondiale», a observé Craig Fehr, spécialiste des marchés canadiens chez Edward Jones, à St. Louis.

Un autre facteur ayant joué sur le sentiment des investisseurs est la mise en place, par le gouvernement chinois, de mesures visant à ralentir la hausse des prix des maisons. Le gouvernement a annoncé qu'il allait augmenter la mise de fond initiale minimale exigée dans les régions où il juge que les prix grimpent trop rapidement et qu'il allait tenter de limiter le nombre de propriétés qu'un seul acheteur peut acquérir.

Tout signe de faiblesse ou annonce de mesure pour resserrer l'économie chinoise est habituellement mal accueilli parce que la deuxième plus grande économie du monde a joué un énorme rôle dans la reprise économique mondiale à la suite de la crise financière de 2008.

Le dollar canadien a pour sa part retraité de 0,06 cent US à 97,3 cents US, deux jours avant que la Banque du Canada n'annonce sa nouvelle décision quant à son taux d'intérêt directeur. La banque centrale pourrait notamment signaler qu'une éventuelle hausse des taux d'intérêt est encore moins imminente que prévu en raison de la faiblesse persistante de l'économie.

La tiédeur de l'économie a été soulignée vendredi lorsque le plus récent rapport de Statistique Canada sur le produit intérieur brut du pays a montré que le taux de croissance économique annualisé avait atteint 0,6 pour cent au quatrième trimestre, alors que la croissance s'est en fait contractée pendant le seul mois de décembre.

À New York, où les indices ne sont pas aussi influencés par les matières premières, les actions ont avancé malgré l'inquiétude liée à l'entrée en vigueur, vendredi, de coupes budgétaires qui pourraient ralentir la reprise économique.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a gagné 38,16 points à 14 127,82 points, tandis que l'indice composé du Nasdaq a pris 12,29 points à 3182,03 points et que l'indice élargi S&P 500 a gagné 7 points à 1525,2 points.

Tant les républicains que les démocrates blâment l'autre parti pour les coupes. Les républicains insistent pour s'opposer à de nouveaux impôts tandis que les démocrates refusent de commencer à négocier tant qu'ils s'y opposent.

«En fait, les coupes ont l'allure d'une hache et certains auraient aimé voir quelque chose de plus délicat», a estimé M. Fehr. «Nous croyons qu'il faut hausser les impôts et qu'il faut réduire les dépenses, et ces deux choses doivent se produire sur une période de temps prolongée et doivent être logiques. En bout de ligne, c'est la seule façon pour faire en sorte que la situation budgétaire aux États-Unis se règle, ultimement.»

Les prix des matières premières ont démontré des faiblesses lundi.

Les titres miniers ont connu une difficile journée, le secteur des métaux de base ayant effacé 2,7 pour cent. Après avoir affiché des gains en début de séance, le cours du cuivre a terminé la journée inchangé à 3,50 $ US la livre à la Bourse des matières premières de New York. La Chine est le plus grand consommateur mondial de cuivre. L'action de Teck Resources (TSX:TCK.B) a reculé de 86 cents à 30,25 $.

Le secteur aurifère a aussi reculé d'environ 2,7 pour cent, le cours du lingot d'or ayant avancé d'un maigre 10 cents US à 1572,40 $ US l'once à New York. L'action de Barrick Gold (TSX:ABX) a chuté de 81 cents à 29,29 $.

Les actions du groupe de l'énergie ont pour leur part reculé collectivement de 1,23 pour cent. Le prix du pétrole brut a rendu 56 cents US à 90,12 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York, son plus faible niveau de clôture depuis le début de l'année. L'action de Canadian Natural Resources (TSX:CNQ) a reculé de 79 cents à 31,26 $.

Le secteur industriel a affiché le gain le plus marqué, avec une hausse de 0,53 pour cent. Le titre du Canadien National (TSX:CNR) a avancé de 1,70 $ à 105,57 $.

PLUS:pc