NOUVELLES

Barack Obama réclame une gestion humaine des compressions des dépenses

04/03/2013 04:52 EST | Actualisé 04/05/2013 05:12 EDT

WASHINGTON - Dans un contexte de restrictions budgétaires forcées, le président américain Barack Obama a procédé lundi à sa première réunion de son cabinet remanié en réclamant une gestion humaine des compressions des dépenses pour les collectivités et familles qui vont en souffrir.

M. Obama a indiqué qu'il cherchait encore à trouver des partenaires républicains disposés à s'entendre pour mettre un terme aux diminutions des dépenses. Rien n'indique cependant qu'une percée soit pour le moment possible afin de renverser les réductions budgétaires de 85 milliards $ US entrées en vigueur vendredi.

Le président a pris place aux côtés de son nouveau secrétaire de la Défense, Chuck Hagel, tandis que le nouveau secrétaire du Trésor des États-Unis, Jack Lew, se trouvait de l'autre côté de la table ovale, à côté du vice-président Joe Biden. M. Obama a indiqué que son équipe projetait aussi de discuter des autres priorités de son deuxième mandat, dont la réforme de l'immigration, le contrôle des armes à feu de même que l'augmentation du financement des programmes préscolaires.

Le porte-parole du président Obama a été plus mordant dans ses commentaires sur les réductions des dépenses, lors d'une séance d'information ayant précédé la réunion du cabinet. Jay Carney, secrétaire de presse de la Maison-Blanche, a en effet jugé remarquable que certains républicains aient qualifié les compressions gouvernementales de victoire pour le Tea Party, ou pour les républicains qui ont tenu tête au président.

M. Carney a ajouté que les compressions allaient à l'encontre des objectifs républicains comme l'augmentation des dépenses en matière de défense et de sécurité à la frontière.

Le leader républicain au Sénat, Mitch McConnell, a jugé modestes les compressions, dimanche, tandis que le président de la Chambre des représentants, John Boehner, a dit ne pas être certain qu'elles causeraient du tort à l'économie.

PLUS:pc