NOUVELLES

Syrie: l'opposition élit en Turquie un conseil pour la province d'Alep

03/03/2013 01:04 EST | Actualisé 03/05/2013 05:12 EDT

Les opposants au président syrien Bachar al-Assad ont voté dimanche -- en Turquie -- pour élire les 29 membres d'un conseil provincial destiné à gérer les zones contrôlées par la rébellion dans la province d'Alep (nord), selon les organisateurs et des participants.

"Pour la première fois, Alep va avoir un conseil provincial élu librement. Nous espérons que l'ensemble de la Syrie aura des élections libres bientôt", a déclaré à l'AFP Yehia Naanaa, candidat de la ville de Hreitan, détruite par les bombes.

Il s'exprimait par téléphone depuis la ville turque de Gaziantep, non loin de la frontière, où le vote s'est tenu en raison du danger dans la province d'Alep, théâtre de combats quotidiens.

"Cette élection est un parcours d'obstacles. A cause de l'insécurité à Alep, nous n'avons pas pu organiser le vote là-bas. Et aucun candidat n'a vraiment pu faire campagne", a-t-il reconnu.

Les larges zones sous contrôle rebelle sont toujours sous la menace de raids aériens. Dans cette région très commerçante avant le conflit, infrastructures et bâtiments ont subi d'importantes destructions, et les habitants manquent désormais d'eau, d'électricité et de farine.

"Le principal objectif du conseil provincial sera de gérer les affaires administratives pour les civils, et aussi d'assurer la protection des infrastructures, de l'irrigation et des institutions publiques, pour que la vie politique puisse reprendre après la chute d'Assad", a expliqué M. Naanaa.

La procédure de vote est complexe, avec une division de la province en cinq districts, a expliqué Abdel Rahman al-Hajj, un responsable du Conseil national syrien, principale composante de la Coalition de l'opposition.

Les membres du conseil provincial sont choisis par environ 240 membres de la commission électorale, en général des responsables locaux de l'opposition mandatés par les habitants. Les résultats doivent être annoncés lundi.

Et le vote en Turquie n'empêchera pas le futur conseil d'être basé en Syrie, a assuré M. Hajj.

"La création d'un conseil provincial signifie qu'à partir de maintenant, les affaires civiles vont être organisées à un niveau institutionnel, plutôt que par des militants de manière individuelle", a-t-il ajouté.

Abou Omar, un militant anti-régime et habitant de la province d'Alep, s'est dit heureux que le vote ait lieu: "C'est la première fois de ma vie que je suis témoin d'une élection dans laquelle je ne sais pas qui va gagner. Ici, personne ne peut faire pression sur quiconque pour choisir un candidat".

ser/fc/feb

PLUS:afp