NOUVELLES

Pakistan : une voiture piégée fait au moins 37 morts et 141 blessés

03/03/2013 06:22 EST | Actualisé 03/05/2013 05:12 EDT

Une voiture piégée a explosé à l'extérieur d'une mosquée, dimanche, tuant au moins 37 personnes et en blessant 141 autres dans un quartier dominé par des musulmans chiites, dans la ville pakistanaise de Karachi.

Personne n'a revendiqué l'attentat, mais les chiites sont de plus en plus ciblés par des militants sunnites à Karachi, le centre économique du pays et le lieu d'années de violences policières, sectaires et ethniques.

La bombe a explosé à l'extérieur d'une mosquée chiite, alors que les gens quittaient la prière du soir. Les premières informations portaient à croire que la bombe était placée sur une moto, mais un haut responsable policier, Shabbir Sheikh, a plus tard indiqué qu'environ 100 kilos d'explosifs avaient été déposés dans une voiture.

Le colonel Pervez Ahmad, un responsable au sein des Rangers, une force paramilitaire pakistanaise, a précisé qu'un produit chimique utilisé lors de l'explosion a pris feu et propagé la destruction au-delà du lieu de la déflagration. Plusieurs bâtiments à proximité ont été enveloppés par les flammes.

Les hommes et les femmes pleuraient et les ambulances se sont précipitées sur place, où les résidants tentaient de retrouver des victimes enterrées dans les débris de bâtiments effondrés. L'explosion a formé un cratère de plus de deux mètres de large et de plus d'un mètre de profondeur.

Un haut responsable gouvernemental, Taha Farroqi, a confirmé le bilan des morts et des blessés.

Les chiites de plus en plus ciblés

Les groupes de militants sunnites ont augmenté la fréquence de leurs attaques contre les chiites qui forment environ 20 % des 180 millions d'habitants du Pakistan. Des sunnites liés à Al-Qaïda et les talibans voient les chiites comme des hérétiques.

Tahira Begum, une proche d'une victime de l'explosion, a réclamé que le gouvernement agisse promptement contre les attaquants.

« Où est le gouvernement? », a-t-elle demandé lors d'une entrevue avec la chaîne de télévision locale Aaj News TV. « Les terroristes circulent librement. Personne n'essaie de les attraper. »

Selon Human Rights Watch, plus de 400 chiites ont été tués l'an dernier lors d'attaques ciblées à travers le pays, la pire année en matière de violence antichiite au Pakistan. Le groupe de défense des droits de la personne a indiqué que plus de 125 d'entre eux avaient été tués dans la province du Baloutchistan. La plupart appartenaient à la communauté Hazara.

Les groupes de défense des droits de la personne ont accusé le gouvernement de ne pas en faire suffisamment pour protéger les chiites.


Associated Press

PLUS:rc