NOUVELLES

Les Suisses votent contre la «cupidité» des entreprises et les parachutes dorés

03/03/2013 05:39 EST | Actualisé 03/05/2013 05:12 EDT

BERLIN - Les électeurs suisses ont exprimé leur colère envers ce qu'ils estiment être la cupidité des entreprises, dimanche, en approuvant un plan pour accroître le pouvoir des actionnaires en ce qui concerne les salaires des dirigeants.

Au total, 67,9 pour cent des électeurs ont appuyé cette initiative, alors que 32,1 des votants se sont exprimés en sa défaveur, selon le décompte officiel de la télévision publique suisse SRF.

Le résultat du référendum était considéré comme prévu d'avance après que des sondages effectués au cours des derniers mois eurent démontré un fort appui public envers cette mesure.

L'annonce, le mois dernier, que le président sortant de l'entreprise pharmaceutique Novartis, Daniel Vasella, allait recevoir une indemnité de départ de 77 millions $ US a alimenté la grogne populaire contre les patrons «aux poches remplies». M. Vasella a fait savoir qu'il laisserait tomber cette prime, mais au moment où il l'a annoncé, il était désormais trop tard pour espérer stopper le référendum.

Les législateurs suisses devront désormais concevoir un projet de loi offrant aux actionnaires le droit de tenir un vote secret sur toutes les compensations offertes aux dirigeants et présidents d'entreprises. La loi interdira également les «parachutes dorés» et les bonis que les hauts responsables reçoivent parfois lorsqu'ils quittent ou arrivent dans des compagnies.

La loi impose également une plus grande transparence corporative, en exigeant par exemple que tous les prêts offerts aux dirigeants soient déclarés, en plus de forcer les fonds de pensions à dévoiler leurs votes aux assemblées d'actionnaires.

La mesure cible toutes les entreprises sises en Suisse présentes en Bourse.

PLUS:pc