NOUVELLES

C.-B.: Christy Clark affirme bénéficier de l'appui de ses troupes

03/03/2013 08:34 EST | Actualisé 03/05/2013 05:12 EDT

VANCOUVER - La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, n'a aucunement l'intention de démissionner.

À l'issue d'une rencontre avec les membres de son cabinet, dimanche soir à Vancouver, Mme Clark a déclaré aux journalistes que ses collègues du Parti libéral étaient derrière elle et que les médias en auront la preuve mardi lors du vote sur le budget provincial.

Mais ce n'avait pas été le cas plus tôt en journée, alors qu'un groupe de libéraux d'origine indienne avait vivement réclamé la démission de Mme Clark.

Selon le vice-premier ministre Rich Coleman, les médias ont exagéré la portée de toute l'affaire. Interrogé à savoir si le document en question, qui détaille une stratégie pour courtiser le vote ethnique, allait alimenter la dissension, M. Coleman a assuré que l'«unité était totale».

Vikram Bajwa, un membre du parti, a pour sa part affirmé que le document avait fait du vote ethnique «une farce», et demandé le départ de la chef. Il a précisé que 89 membres du parti avaient signé une déclaration faisant part de leurs craintes que les libéraux ne soient rayés de la carte aux élections du 14 mai.

Mme Clark a publié une lettre d'excuses, jeudi, après qu'un plan pressant les libéraux de se concentrer sur le vote ethnique eut fait l'objet d'une fuite.

Mme Clark a accepté vendredi la démission de sa chef de bureau adjointe, Kim Haakstad, qui a envoyé le document de 17 pages à huit personnes en janvier 2012. Les libéraux ont décrit le document comme une ébauche de politique qui n'a jamais été mise en vigueur.

Le document détaille la coordination des ressources et semble autoriser les fonctionnaires gouvernementaux à travailler avec le Parti libéral pour mettre en place la stratégie.

La fuite a provoqué de vives critiques de la part des néo-démocrates, dans l'opposition, qui dénoncent la stratégie visant à obtenir du capital politique en utilisant les excuses prononcées pour corriger des injustices historiques.

L'ex-maire de la ville de Langley, Peter Fassbender, qui est le candidat libéral dans la circonscription de Surrey-Fleetwood pour les élections à venir en mai, a remis en question les motifs de M. Bajwa en lien avec les appels à la démission de la chef.

«Je suis un réaliste et je sais que nous sommes dans la période préparatoire à une élection, et tout le monde cherche quelque chose pour déstabiliser l'autre, a-t-il déclaré lors d'une entrevue. C'est malheureux, mais c'est la réalité.»

PLUS:pc