NOUVELLES

Paris-Nice - MPCC: "Le dopage, ça suffit!"

02/03/2013 11:43 EST | Actualisé 02/05/2013 05:12 EDT

Le Mouvement pour un cyclisme crédible (MPCC), qui regroupe 15 des 23 équipes engagées dans Paris-Nice, a répété samedi son slogan "Le dopage, ça suffit!" à la veille du prologue de Houilles, dans la banlieue de Paris.

"C'est un engagement fort de la part des responsables d'équipes", a déclaré le président du MPCC, Roger Legeay, lors d'une conférence de presse tenue avec les managers des différentes formations adhérentes accompagnés d'un coureur de leur équipe.

"Ce sont les managers qui disent oui ou non au dopage, qui engagent les coureurs, les médecins, les collaborateurs", a-t-il souligné.

Le MPCC, qui comptait sept équipes adhérentes à la fin de l'été 2012, a vu ses effectifs croître de façon spectaculaire après l'affaire Armstrong, "un séisme pour notre sport" dixit Roger Legeay, et la prise de position du Tour de France en sa faveur.

Christian Prudhomme, directeur du Tour, a tenu à assister au préambule de la réunion: "Le rôle des managers est d'être, et cela vaut au sens littéral du terme, des garde-fous. Le MPCC ne prétend pas fournir un monde parfait. En revanche, il dit qu'il est possible d'avoir un monde meilleur, ici et maintenant. C'est à ce prix que le cyclisme retrouvera ce qui lui a manqué ces dernières années, la crédibilité."

Les huit formations engagées dans Paris-Nice qui n'ont pas adhéré au MPCC, dont les règles sont plus contraignantes que celles du Code mondial antidopage, sont BMC, Cannondale, Euskaltel, Movistar, Omega Pharma, RadioShack, Saxo et Sky.

Entre autres actions du Mouvement créé en 2007, les opérations de contrôle de cortisolémie seront de nouveau menées à partir de Paris-Nice et à plusieurs reprises durant la saison.

Les membres du MPCC, dont l'une des mesures fortes est le non-engagement pendant deux ans supplémentaires d'un coureur suspendu deux ans pour une contrôle positif à un produit lourd (type EPO), se sont mis d'accord également sur une mesure favorisant des aveux immédiats.

"Un coureur qui reconnaît dans les 72 heures après un contrôle positif avoir fauté ne se verra pas appliquer la règle du non-engagement pour deux ans de plus", a expliqué Roger Legeay. "L'intérêt est d'éviter les procédures interminables."

Trente-cinq mille bracelets bleus affichant le slogan du MPCC ont été distribués aux différentes équipes.

jm/mam

PLUS:afp