NOUVELLES

L'armée tchadienne affirme avoir tué le terroriste Moktar Belmoktar au Mali

02/03/2013 02:06 EST | Actualisé 02/05/2013 05:12 EDT

N'DJAMENA, Tchad - Des soldats tchadiens déployés dans le nord du Mali ont tué Moktar Belmoktar, le terroriste international qui a revendiqué l'attaque contre un complexe gazier de l'Algérie ayant coûté la vie à 36 étrangers, a annoncé samedi le chef de l'armée tchadienne à la télévision nationale.

L'armée française, qui mène l'offensive militaire au Mali, n'était pas en mesure de confirmer l'information.

Des responsables locaux à Kidal, la ville du nord du Mali qui sert de base à l'opération militaire, ont mis en doute cette allégation, affirmant que les autorités tchadiennes tentaient de présenter une victoire à l'opinion publique pour compenser les pertes significatives subies au cours des derniers jours.

Le nom de Moktar Belmoktar a eu une résonance internationale à la mi-janvier, lors de l'attaque et de la prise d'otages massive dans un complexe gazier du sud de l'Algérie.

La mort annoncée du chef terroriste survient au lendemain de l'annonce par le président tchadien de la mort d'Abou Zeid, un autre commandant d'Al-Qaïda présent dans le nord du Mali. Toutefois, les autorités maliennes et françaises n'ont pas été en mesure de confirmer la nouvelle jusqu'à présent.

Si les deux décès sont confirmés, ce serait un signe que l'intervention militaire internationale au Mali a réussi à éliminer deux piliers d'Al-Qaïda dans le Sahara.

«Les forces armées tchadiennes au Mali ont complètement détruit une base utilisée par les jihadistes et les narcotrafiquants dans l'Adrar des Ifoghas», un massif montagneux du nord du Mali, a déclaré le chef d'état-major tchadien, le général Zakaria Ngobongue, lors d'une allocution à la télévision nationale tchadienne. «Le bilan provisoire est le suivant: plusieurs terroristes tués, dont Moktar Belmoktar.»

Un porte-parole de l'armée française à Paris, le colonel Thierry Burkhard, a déclaré qu'il n'avait aucune information sur la possibilité que Moktar Belmoktar ait été tué. Le ministère français des Affaires étrangères a refusé de confirmer ou de nier l'information.

Un porte-parole du palais présidentiel tchadien n'a pas immédiatement retourné l'appel de l'Associated Press l'invitant à commenter l'information.

Au Mali, un élu de Kidal, qui a réclamé l'anonymat parce qu'il n'était pas autorisé à s'adresser aux médias, a déclaré qu'il ne croyait pas à la mort de Belmoktar. Selon lui, cette annonce est une tentative du gouvernement tchadien pour justifier la perte de plusieurs dizaines de soldats dans le nord du Mali.

«Au cours des dernières semaines, les Tchadiens ont perdu un nombre significatif de soldats au combat», a dit ce responsable, qui est en contact régulier avec les commandants français et maliens sur le terrain. Affirmer qu'ils ont tué Moktar Belmoktar «est une façon de donner de l'importance à leur intervention au Mali», a-t-il ajouté.

Selon le chef d'état-major tchadien, en plus d'avoir tué Moktar Belmoktar, les soldats tchadiens ont saisi 60 véhicules appartenant aux terroristes, ainsi que des armes et de l'équipement électronique.

«Les combats sont toujours en cours», a-t-il dit.

PLUS:pc