NOUVELLES

Deux Palestiniens soupçonnés d'aider le régime pendus à Damas (ONG)

02/03/2013 01:36 EST | Actualisé 02/05/2013 05:12 EDT

Deux Palestiniens soupçonnés de collaborer avec le régime syrien ont été pendus par des rebelles dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, dans le sud de Damas, a rapporté samedi une ONG syrienne.

"Des rebelles dans le camp de Yarmouk ont exécuté deux hommes accusés de coopérer avec le régime et de l'aider à localiser des cibles qu'il a bombardées la semaine dernière. Ils ont été pendus à des arbres (...) dans le camp", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), sans être en mesure de dire quand avait eu lieu l'exécution.

Cette ONG, qui s'appuie sur un large réseau de militants et de sources médicales à travers le pays, a fourni une photo qui illustre selon elle ces pendaisons.

Sur ce cliché, des hommes observent deux hommes pendus à deux arbres dans la rue, devant des immeubles, et certains sont en train de photographier la scène.

Il n'était cependant pas possible de vérifier l'authenticité de la photo de façon indépendante.

Selon l'OSDH, de telles pendaisons par les rebelles de personnes soupçonnées de travailler pour le régime ont déjà été signalées à Hama et à Alep, dans le nord du pays, mais c'est la première fois que ce type d'exécution est annoncé et qu'une photo est montrée.

Un membre d'une faction palestinienne dans le camp a indiqué à l'AFP sous couvert de l'anonymat que la pendaison avait eu lieu samedi dans le quartier de "Haret Al-Jabha, en face du café Al Ahram, sur le rond point Palestine".

Les suppliciés "ont été accusés d'avoir donné aux forces du régime des informations sur l'emplacement d'un local du Front Al-Nosra dans le camp. Ce local a été bombardé la semaine passée", a-t-il ajouté en référence à un groupe rebelle jihadiste présent sur quasiment tous les fronts en Syrie.

Contacté par téléphone, le porte-parole du Front Populaire pour la libération de la Palestine-Commandement général, Anwar Raja, a également indiqué à l'AFP qu'il pensait que ce groupe était derrière l'exécution.

"Ce sont des gangs qui tuent pour tuer, et pour terroriser les civils et empêcher les habitants du camp d'y revenir. Rien ne justifie ces exécutions", a ajouté le porte-parole du FPLP-CG, un allié de longue date du régime syrien.

Inconnu avant le début des violences, le Front al-Nosra a connu une ascension fulgurante à partir de mi-2012, s'imposant partout comme le fer de lance de la rébellion au détriment de l'Armée syrienne libre (ASL), principale composante de l'opposition armée.

Les Etats-Unis l'ont inscrit sur leur liste des organisations terroristes.

rd/vl/cnp

PLUS:afp