NOUVELLES

Wall Street ouvre en baisse après une salve d'indicateurs préoccupants

01/03/2013 10:07 EST | Actualisé 01/05/2013 05:12 EDT

Wall Street a débuté en nette baisse vendredi après une salve d'indicateurs préoccupants en Chine, en Europe ainsi qu'aux Etats-Unis, où doivent entrer en vigueur des coupes budgétaires potentiellement néfastes pour la croissance: le Dow Jones cédait 0,57% et le Nasdaq 0,78%.

Vers 14H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average reculait de 79,96 points à 13.974,53 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 24,57 points à 3.135,62 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 perdait 0,62% (-9,34 points) à 1.505,34 points.

La Bourse de New York avait terminé en léger recul jeudi, après avoir effleuré son sommet historique en cours de séance, des indicateurs de bonne tenue sur l'économie américaine ne parvenant pas à convaincre complètement le marché: le Dow Jones avait lâché 0,15% à 14.054,49 points, et le Nasdaq 0,07% à 3.160,19 points.

Le marché est sous pression après "un flot de chiffres de mauvais augure pour l'économie mondiale", ont noté les analystes de Charles Schwab.

En Chine, la production manufacturière est tombée à son plus bas niveau en cinq mois en février, n'affichant une progression que marginale.

Dans la zone euro, l'activité du secteur manufacturier s'est de nouveau contracté en février, pour le 19e mois consécutif, et la hausse du taux de chômage dans la région a grimpé à 11,9% en janvier, un record.

De plus, l'inflation est passée sous la barre des 2% en février dans la zone euro, à 1,8%, en baisse de 0,2 point par rapport à janvier et de près d'un point sur un an.

Aux Etats-Unis, même si la consommation des ménages s'est légèrement accélérée en janvier, les revenus des ménages ont reculé sur la période pour la première fois en 14 mois, leur chute atteignant une ampleur inédite en 20 ans: 3,6%. En outre l'inflation est tombée en janvier à son niveau le plus bas en plus de trois ans.

Dans ce contexte, les Etats-Unis se dirigeaient vers des coupes automatiques drastiques dans les dépenses: en l'absence d'accord entre démocrates et républicains, le budget fédéral sera amputé de 85 milliards de dollars jusqu'à fin septembre, fin de l'exercice en cours, avant d'être sabré de 109 milliards par an pendant les huit prochaines années.

Le président Barack Obama retrouve vendredi matin les chefs de file du Congrès pour tenter de trouver une solution.

Aussi, "même si le premier jour du mois est en général plutôt positif avec l'injection sur le marché d'argent nouveau", la perspective de ces coupes combinée à la faiblesse des indicateurs pèsent sur le marché et "incitent les acheteurs à rester en retrait", a remarqué Patrick O'Hare de Briefing.com.

Le marché obligataire s'inscrivait en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans reculait à 1,841% contre 1,888% jeudi soir, et celui à 30 ans à 3,045% contre 3,094% la veille.

jum/ppa/sam

PLUS:afp