NOUVELLES

Mur budgétaire: Mois par mois, le scénario catastrophe (INFOGRAPHIE)

01/03/2013 09:45 EST | Actualisé 01/05/2013 05:12 EDT
DR

MUR BUDGÉTAIRE - Les Etats-Unis se dirigeaient vendredi 1er mars vers des coupes automatiques drastiques dans les dépenses: en l'absence d'accord entre démocrates et républicains, le budget fédéral sera amputé de 85 milliards de dollars jusqu'à fin septembre, fin de l'exercice en cours, avant d'être sabré de 109 milliards par an pendant les huit prochaines années.

Le président Barack Obama retrouve ce vendredi les chefs de file du Congrès pour tenter de trouver une solution. Depuis plusieurs semaines, les ministres multiplient les avertissements sur les conséquences de ces coupes, qui affectent autant les fonctions régaliennes que les autres lignes budgétaires, dans les transports, l'éducation et les inspections sanitaires. Des dizaines de milliers d'Américains pourraient se retrouver du jour au lendemain au chômage technique.

Ce mécanisme diabolique est la conséquence d'un accord a minima, signé par les démocrates et les républicains à l'été 2011. Pourquoi ? Incapables de s'entendre sur une stratégie de lutte commune contre les déficits publics, les deux grands partis ont préféré voter cette loi, le "mur budgétaire", dont le contenu absurde et brutal devait forcer les parlementaires à en trouver une autre. Si aucun accord n'était trouvé d'ici le 1er mars, ce texte injuste devait être appliqué. Une façon de tout miser sur l'avenir, en espérant que la sagesse prendrait le dessus.

Sauf que républicains et démocrates ne se sont toujours pas entendus. Obama accepte le principe de coupes dans les dépenses, mais exige aussi que les plus riches paient davantage d'impôts. Les républicains soulignent avoir déjà consenti à de telles hausses lors d'un précédent marchandage en janvier...

À moins qu'une solution de dernière minute remporte la mise, voici ce qui attend les Américains -et les autres- dans les prochains mois. Un scénario catastrophe qui relève -pour l'instant- de la science-fiction.