NOUVELLES

Manifestations en Syrie contre le "mensonge" de la conférence de Rome

01/03/2013 11:25 EST | Actualisé 01/05/2013 05:12 EDT

Des milliers de manifestants anti-régime ont défilé vendredi dans plusieurs villes de Syrie en stigmatisant l'absence de décision des pays occidentaux sur la livraison d'armes aux rebelles lors de la conférence des Amis du peuple syrien à Rome.

"Les participants à la Conférence des Amis du peuple syrien se réunissent uniquement pour fixer la date et le lieu de la prochaine conférence", ironise une pancarte brandie par des manifestants dans la province de Deraa (sud), berceau de la contestation, selon des vidéos diffusées par des militants anti-régime.

Lors de la conférence de Rome jeudi, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a annoncé une aide supplémentaire de 60 millions de dollars à l'opposition politique et, pour la première fois, des aides directes non létales à la rébellion. Mais il n'a pas franchi le pas de la livraison d'armes, comme le réclament les adversaires du régime de Bachar al-Assad.

"Gardez vos armes non létales, nous fabriquerons nos armes de nos propres mains, soit nous mourrons, soit nous vaincrons", lit-on sur une autre pancarte brandie par les manifestants à Habit dans la province d'Idleb (nord-ouest).

"Amis de la Syrie, le mensonge est fini, échec et mat", lit-on sur une banderole arborée par des manifestants dans le quartier Aassali, dans le sud de Damas.

Les manifestants défilaient comme chaque vendredi depuis le début en mars 2011 de la révolte populaire durement réprimée par le régime. Leur nombre a cependant considérablement baissé après la militarisation du soulèvement et l'intensification des bombardements de l'armée et des combats entre soldats et rebelles qui ont fait plus de 70.000 morts à travers le pays.

Ce vendredi, ils manifestaient sous le slogan "Une seule nation, un seul combat", pour transmettre un message d'unité alors qu'oppositions politique et armée sont divisées en plusieurs groupes et factions.

"Le silence de la communauté internationale permet le lancement des missiles Scud", affirme une pancarte à Al-Bab, dans la province d'Alep (nord), en référence aux missiles lancées par le régime contre un quartier d'Alep le 22 février faisant une soixantaine de morts dont plus de 30 enfants, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Les militants avaient parlé de missiles Scud mais cela n'a pas pu être confirmé de manière indépendante.

kam-ram/tp

PLUS:afp