DIVERTISSEMENT

Le FIFEM, allez les mômes, au cinéma ! (PHOTOS)

01/03/2013 04:03 EST | Actualisé 01/03/2013 04:12 EST
FIFEM

Quoi de plus beau qu’un festival destiné aux enfants? L’occasion de faire naître la passion et peut-être faire de tous ces gamins les cinéphiles de demain. Mais encore faut-il que le festival qui leur est destiné soit à la hauteur des attentes et qu’il ne crée pas des frustrés du 7e Art. Disons-le d’emblée, le Festival international du film pour enfants de Montréal (FIFEM) qui commence demain – du 2 jusqu’au 10 mars prochain – offre cette année une sélection de qualité. Un tour d’horizon sur les œuvres proposées suffit à convaincre que les enfants – et aussi les adultes – seront comblés.

Cette année, les choix ne manquent pas et les œuvres touchent à tous les genres et tous les styles. Plus de 70 films en provenance de 40 pays ; des activités et ateliers ; la section adorable «Mini-cinéphiles» pour les 2 ans et plus (Le Grufallo, La Balade de Babouchka) ; «Les Classiques» que l’on ne présente plus du FIFEM et aussi un spécial «Focus» réservé au cinéma indien (Les Rebelles, Je m’appelle Kalam).

Les réalisateurs français Benjamin Renner, Stéphane Aubier et Vincent Patar donneront le coup d’envoi au cinéma Beaubien avec leur magnifique Ernest et Célestine. Scénarisé par l’écrivain Daniel Pennac, ce film qui raconte l’histoire d’une amitié entre une petite sourie et un gros ours est l’adaptation très réussie des livres jeunesse de Gabrielle Vincent.

Une sélection internationale

La compétition officielle est composée de dix films en provenance du monde entier. De l’Allemagne (Tout à l’envers) à la Corée du Sud (Couleur de peau: miel) en passant par la Suisse (Clara et le secret des ours), l’Azerbaïdjan (Buta) et les Pays-Bas (Kauwboy), plusieurs belles surprises dans les salles obscures. Notons la présentation de Je suis Lucky du Sud-africain Avie Lhutra. Un long métrage touchant qui n’hésite pas à traiter de la mort dans des conditions difficiles, mais emplies d’une grande humanité.

Autre coup de cœur, Le Tableau de Jean-François Laguionie (Le château des singes, L’île de Black Mór). Un film d’animation coloré qui nous entraîne au cœur du foisonnement artistique des années 30. De plus, le long-métrage québécois Attache ta tuque! a droit à une projection spéciale en plein air.

Durant la semaine de relâche, le public peut profiter d’une multitude de volets dont «Panorama» (Le Chat du rabbin), «Le programme de courts métrages» et «Les cartes blanche à l’INIS». Et pour finir, en film de clôture La Légende de Sarila, le premier film d’animation en 3D québécois.

Rendez-vous sur le zabmag.com pour plus d'infos cinéma.

INOLTRE SU HUFFPOST

FIFEM: Quelques films présentés