NOUVELLES

Des combats opposent deux factions du M23 dans l'est du Congo: au moins 23 morts

01/03/2013 01:21 EST | Actualisé 01/05/2013 05:12 EDT

GOMA, République Démocratique Du Congo - Des combats ont éclaté tôt vendredi dans l'est de la République démocratique du Congo entre deux factions du groupe rebelle M23, selon des responsables des deux camps.

La nouvelle faction du M23, dirigée par Jean-Marie Runiga, a attaqué la faction principale dirigée par le général Sultani Makenga à Chanzu, près de la frontière avec l'Ouganda, vers minuit, a déclaré Séraphin Mirindi, un porte-parole de la faction dissidente.

Les combats, qui impliquaient de l'artillerie lourde et des armes légères, ont duré jusqu'à 5 h du matin environ, d'après le porte-parole.

Au moins 23 personnes ont été tuées dans l'affrontement, a indiqué un responsable militaire de la faction principale du M23.

Quelque 4000 civils fuyant cette nouvelle flambée de violence ont trouvé refuge en Ouganda, a déclaré Lucy Beck, porte-parole du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Le HCR se prépare à un plus grand afflux de réfugiés au cours des prochaines semaines, a-t-elle dit.

Ces nouveaux combats entre factions du M23 ont poussé d'autres groupes rebelles de l'est du Congo à prendre de nouveaux territoires. Les villes de Kiwanja et de Rutshuru sont ainsi tombées aux mains des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), un groupe armé hutu lié au génocide rwandais. Les FDLR mènent également des attaques sur Kibati, à seulement 15 kilomètres de Goma, la capitale provinciale. D'autres groupes armés, comme les Maï-Maï Shetani et les miliciens Nyatura, ont également infiltré le territoire du M23.

Le M23 s'est scindé en deux groupes mercredi à cause de désaccords dans les négociations avec le gouvernement congolais. Le groupe dissident est dirigé par le président du M23, Jean-Marie Runiga, et le général Baudoin Ngaruye. Cette faction serait fidèle au seigneur de guerre Bosco Ntaganda, recherché par la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

La faction principale du M23 est dirigée par le général Sultani Makenga et a établi son siège à Chanzu.

Le groupe s'est divisé mercredi après que le général Makenga eut rejeté Jean-Marie Runiga en tant que chef politique du M23. Les tensions augmentent au sein du groupe depuis quelques semaines au sujet des négociations avec le gouvernement congolais.

La faction dissidente «veut reprendre Goma» tout en négociant avec le gouvernement, a expliqué le colonel Vianney Kazarama, qui appartient à la faction principale. «Ils ont de l'argent et ont recruté des combattants.»

Selon le colonel Kazarama, la nouvelle faction est fidèle Bosco Ntaganda. Mais la faction dissidente nie tout lien avec Ntaganda et affirme ne pas vouloir reprendre Goma.

PLUS:pc