Place au cinéma! ... Les manèges humains, Les saveurs du Palais, Ernest et Célestine, Les Finissant(e)s, La légende de Sarila, Le dernier exorcisme II... Voici les résumés et critiques des nouveaux films dans les salles du Québec cette semaine.

Loading Slideshow...
  • LES SAVEURS DU PALAIS (4)

    <strong>France. 2012. 95 min.</strong> Comédie dramatique de Christian Vincent avec Catherine Frot, Arthur Dupont, Jean-Marc Roulot, Jean d'Ormesson, Arly Jover, Brice Fournier, Philippe Uchan, Hippolyte Girardot. Hortense Laborie, cuisinière du Périgord, est abasourdie d'apprendre que le Président de la République la réquisitionne afin qu'elle prenne en charge la préparation de ses repas personnels. Mais dès son arrivée dans les cuisines de l'Élysée, le personnel exclusivement masculin, chauffé par le chef Pascal Lepiq, ne lui cache pas son hostilité. Réputée pour sa maîtrise de la cuisine authentique du terroir, Hortense, quinquagénaire au caractère bien trempé, refuse de s'en laisser imposer et se met à l'ouvrage. Au grand plaisir du président, qui ne lui cache pas son appréciation. Mais lorsque l'état de santé de ce dernier vacille, les diététistes et les fonctionnaires viennent se mettre le nez dans ses chaudrons. Ce récit inspiré par la vie de Danièle Mazet-Delpeuch relate les mésaventures de la première femme nommée chef à l'Élysée, sous le règne de François Mitterand. Un peu mince, le scénario est servi cela dit par de bons dialogues. La réalisation soignée de Christian Vincent (LA SÉPARATION) met en valeur sa vedette Catherine Frot, solide dans le rôle principal.

  • LES MANEGES HUMAINS (3)

    <strong>Canada. 2012. 89 min.</strong> Drame de Martin Laroche avec Marie-Évelyne Lessard, Marc-André Brunet, Normand Daoust, Stéphanie Dawson, Alexandre Dubois, Michel Vézina, Alexandre Castonguay. Sophie, Québécoise d'origine africaine, réalise un documentaire sur les employés du parc d'attractions ambulant où elle travaille l'été, à la demande du propriétaire de l'entreprise. Attirée par son confrère Frédéric, la jeune bachelière en cinéma le repousse lorsqu'il insiste un peu trop pour lui faire l'amour. C'est que Sophie a subi à l'âge de quatre ans une excision de type III (ablations du clitoris, des petites lèvres, des grandes lèvres et suture de l'ouverture vaginale), qui rend très douloureuse toute tentative de pénétration. Dès lors, la jeune femme, encore vierge, oublie la commande initiale de son patron et braque la caméra sur elle-même, documentant à la manière d'un journal intime l'impact de cet événement traumatisant sur sa vie sexuelle et son cheminement vers une réappropriation de son corps. Prenant à bras-le-corps un sujet riche et très délicat, Martin Laroche (LA LOGIQUE DU REMORDS, MODERNAIRE) exploite avec brio et pertinence le procédé pourtant convenu du faux documentaire en caméra subjective. Les interprètes sont tous d'un naturel bluffant, à commencer par la bouleversante Marie-Éveline Lessard.

  • ERNEST ET CELESTINE (3)

    <strong>France. 2012. 80 min.</strong> Film d'animation de Benjamin Renner, Pascal Aubier et Vincent Patar. Dans les égouts, les rongeurs dominés par les rats vivent dans la crainte du monde du dessus, occupé par les ours. Ces derniers redoutent les petites créatures du dessous, qui à la nuit tombée montent à la surface pour s'alimenter dans les poubelles et récolter les dents de lait des enfants. Célestine, une petite souris portée sur le dessin, doute de la méchanceté des ours. Ernest, musicien ambulant vivant très pauvrement dans une cabane au fond des bois, accepte pour sa part les idées reçues au sujet des rongeurs. Mais sa rencontre avec Célestine, un jour où, son estomac criant famine, elle l'incite à dévaliser la cave d'un confiseur, le fait changer d'avis. Dans un monde qui les oppose, l'ours mal léché et la souris orpheline vont défier l'ordre établi en devenant des amis. Voilà un des plus beaux films jamais réalisés pour les enfants sur le thème de la peur de l'autre et de l'exclusion. Marqué par la simplicité du dessin, la justesse du ton, la poésie de l'intrigue et la clarté du message, le film, inspiré de l'oeuvre de la défunte écrivain et illustratrice belge Gabrielle Vincent, séduit l'oeil, l'oreille et l'esprit.

  • FINISSANT(E)S (5)

    <strong>Canada. 2013. 75 min.</strong> Docu-fiction de Rafaël Ouellet avec Carla Turcotte, Alexandre Soucy, Maude Lavoie Lebel, Guillaume Audet, Mathieu Pelletier Bégin, Mylène Pelletier Bégin. Après leur bal des finissants, les élèves de l'école secondaire de Dégelis passent un dernier été dans ce village du Témiscouata, avant de partir étudier à Rimouski, Québec ou Montréal. Tout en profitant de ses derniers moments avec ses amis, Carla, qui se destine à des études en communications à Montréal, entreprend d'interroger, caméra au poing, les autres jeunes de sa bourgade, histoire de connaître leurs projets et leurs craintes face à l'avenir. Parallèlement, la région est le théâtre de divers événements dramatiques ou mystérieux. Ce film-laboratoire du réalisateur de CAMION s'amuse à brouiller la frontière entre documentaire et fiction. Or, l'exercice oscille entre banalité et prétention, malgré des images expressives et une musique envoûtante. Vedette de NEW DENMARK, tourné un an plus tôt, Carla Turcotte se révèle ici encore très cinégénique et naturelle dans son jeu.

  • LA LEGENDE DE SARILA (4)

    <strong>Canada. 2013. 82 min.</strong> Film d'animation de Nancy Florence Savard. Le Grand-Nord, au début du XXe siècle. Alors qu'il invoque les mauvais esprits, le chaman Croolik est interrompu par la déesse Sedna. Courroucée par l'ingratitude du vieillard avide de pouvoir, celle-ci chasse les animaux du territoire, affamant le village. Afin de remédier à la situation, le jeune Markussi, détenteur de dons chamaniques qui font l'envie de Croolik, part en traîneau à la recherche de Sarila, une oasis légendaire. Ses amis Kwatak et Apik l'accompagnent dans ce périple dangereux, compliqué par les mauvais sorts que leur jette le vieux chaman. Hypocrite, ce dernier continue en effet de comploter à loisir puisque tout le village ignore qu'il est le responsable de la colère de la déesse. Ce premier long métrage d'animation en 3D entièrement québécois présente un scénario bien documenté, dont les enjeux universels demeurent accessibles aux tout-petits. L'animation atteint un bon niveau de qualité tandis que la réalisation se révèle ingénieuse. Efficace pour les premiers rôles, le travail vocal s'avère cependant inégal pour les seconds.

  • LE TABLEAU (3)

    <strong>France. 2011. 76 min.</strong> Film d'animation de Jean-François Laguionie. Dans un tableau laissé en plan par un peintre, trois clans de personnages s'affrontent. Bien installés dans leur château, les Toupins sont achevés et dominent les Pafinis, à qui il manque des couleurs, et les Reufs, encore à l'état de croquis. Ramo, un Toupin idéaliste follement amoureux de la Pafinie Claire, veut mettre un terme à cette domination implacable. En compagnie de Lola, une intrépide Pafinie, et Plume, un Reuf pleurant encore la destruction de son meilleur ami, Ramo se promène de toile en toile, en quête de l'artiste qui les a imaginés, afin qu'il répare cette injustice. Le cinéaste et peintre Jean-François Laguionie offre avec LE TABLEAU un récit imaginatif, coloré, parfois redondant toutefois, sur la lutte des classes et la fonction de l'art dans la société. Le résultat est splendide, émouvant, d'une exécution méticuleuse et fourmillant de références picturales à de grands peintres, dont Picasso et Modigliani.

  • JACK LE CHASSEUR DE GEANTS (Jack the Giant Slayer) (4)

    <strong>États-Unis. 2013. 115 min.</strong> Drame fantastique de Bryan Singer avec Nicholas Hoult, Eleanor Tomlinson, Ewan McGregor, Stanley Tucci, Eddie Marsan, Ewan Bremner, Ian McShane, Bill Nighy, Ralph Brown. Jack, jeune paysan pauvre, cède son cheval à un mystérieux moine contre une poignée de fèves réputées magiques. Celles-ci ont été volées au puissant Roderick, conseiller du roi à qui la princesse Isabelle est promise. Refusant de l'épouser, cette dernière fuit le château et, surprise par un orage, trouve refuge dans la ferme de Jack. Par accident, celui-ci a échappé une des fèves qui, gorgée d'eau, donne naissance à un arbre gigantesque dont les racines propulsent à son sommet la fermette, ainsi qu'Isabelle. Une opération de secours est aussitôt organisée, avec à sa tête le chevalier Elmont, auquel se joignent notamment Roderick et l'inexpérimenté Jack. Parvenus à la cime de l'arbre, les sauveteurs de la princesse découvrent une contrée suspendue habitée par des géants, jadis chassés de la terre ferme par un valeureux roi grâce à une couronne ayant le pouvoir de les soumettre. Or, ladite couronne est maintenant en possession du fourbe Roderick, qui rêve de dominer le monde avec les géants à ses ordres. Assez captivante, en dépit d'un déroulement plutôt balisé, cette adaptation libre de contes traditionnels anglais par Bryan Singer (SUPERMAN RETURNS) impressionne au plan visuel. Toutefois, les dialogues sont de qualité inégale, inspirés lors de délicieux passages rimés, insipides dans les scènes d'action. Tout les interprètes possèdent la fougue requise.

  • MAJEUR ET VACCINE (21 and Over)

    <strong>États-Unis. 2013. 93 min.</strong> Comédie de Jon Lucas et Scott Moore avec Skylar Astin, Miles Teller, Sarah Wright, Justin Chon, Jonathan Keltz, Samantha Futerman. La veille d'un entretien déterminant pour son entrée à l'école de médecine, un étudiant modèle accepte d'aller prendre une bière avec deux amis pour célébrer son 21e anniversaire. Mais la soirée vire en nuit de débauche et de chaos.

  • LE DERNIER EXORCISME II (The Last Exorcism Part II)

    <strong>États-Unis. 2013. 90 min.</strong> Drame d'horreur de Ed Gass-Donnelly avec Ashley Bell, Judd Lormand, Spencer Treat Clark, Muse Watson, Julia Garner, E. Roger Mitchell. Seule survivante de sa famille, Nell tente de revenir à une vie normale. Mais l'entité diabolique qui l'a possédée il y a un mois est de retour et entretient d'aussi noirs desseins.

  • LES ENFANTS LOUPS - AME & YUKI (Okami kodomo no ame to yuki) (3)

    <strong>Japon. 2012. 117 min.</strong> Film d'animation de Mamoru Hosoda. Hana, étudiante solitaire, remarque au fond de la classe un jeune homme qui se tient à l'écart. Sous prétexte de l'aider, elle réussit à l'apprivoiser et se lie avec lui d'une profonde amitié. Un jour, il lui dévoile un lourd secret: il est le dernier survivant de la race des hommes loups. Malgré cela, le duo devenu couple met au monde deux enfants, Yuki et Ame. Peu de temps après la naissance de ce dernier, l'homme loup disparaît. Alors qu'ils grandissent, les enfants se transforment en louveteaux au gré de leur humeur. En attendant qu'ils choisissent leur mode de vie, Hana n'a d'autre choix que d'élever sa fille et son fils loin de la société. Cette fable émouvante sur l'héritage, la ségrégation et la transmission des valeurs défile sur un rythme contemplatif envoûtant propice à la réflexion. Malgré quelques accents mélos et longueurs au dernier acte, le graphisme gracieux de l'ensemble l'emporte sur tout.

  • SHADOWS OF LIBERTY

    <strong>Grande-Bretagne. 2012. 93 min.</strong> Documentaire de Jean-Philippe Tremblay. Incursion dans l'univers des médias américains, détenus ou dominés par des conglomérats qui contrôlent l'information et exercent un pouvoir considérable, sans retenue, sur la vie politique, sociale et économique du pays.

  • THE GATEKEEPERS (Shomerei ha'saf) (3)

    <strong>Israël. 2012. 101 min.</strong> Documentaire de Dror Moreh. Rompant le silence pour la première fois, six anciens directeurs du Shin Bet - l'agence de renseignement israélienne responsable de la sécurité intérieure du pays - reviennent sur les bouleversements géopolitiques majeurs survenus entre la guerre des Six Jours, en 1967, et l'assassinat en 1995 du premier ministre Yitzhak Rabin, un an après la signature des accords d'Oslo. Témoins ou acteurs de ces événements, Avraham Shalom, Yaakov Peri, Carmi Gillon, Ami Ayalon, Avi Dichter et Yuval Diskin analysent et évaluent en détail, avec une franchise parfois déconcertante, les missions qu'ils ont menées et l'efficacité des politiques antiterroristes mises en place par les gouvernements israéliens successifs. THE GATEKEEPERS transcende l'anecdote pour brosser un tableau géopolitique et historique captivant, au moyen des témoignages de six hommes de l'ombre. Montés en alternance avec des archives souvent tragiques et des reconstitutions habiles, ces entretiens donnent aussi à saisir l'impuissance à défaire le noeud gordien qu'est devenu le conflit israélo-palestinien.