Huffpost Canada Quebec qc

L'univers Punkt de Pierre Lapointe présenté au Théâtre Maisonneuve (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
PIERRE LAPOINTE
Pierre Lapointe lors de son lancement au Théâtre Maisonneuve. (Crédit photo: Agence QMI) | Agence QMI

C’est un Pierre Lapointe très décontracté qui a offert son huitième album en carrière, Punkt, mardi soir au Théâtre Maisonneuve. Fier de son produit? Certes, mais sa prestation est demeurée très humble, témoignant davantage d’une envie de faire à la bonne franquette. Des interprétations parfois imparfaites, quelques erreurs, une voix par moment enterrée par l'orchestre, mais cela a bien passé. Après tout, entre perfection et imperfection, c’est de loin l’imperfection qui crée le charme!

Punkt, l’intégral

Pierre Lapointe a présenté en ordre les pièces de Punkt au côté d’une quarantaine de musiciens et artistes. L’album, en soi ambitieux, vivait magnifiquement bien sur scène, entraînant le public dans différentes ambiances sonores recherchées et méticuleusement arrangées. Lapointe naviguait dans des mélodies tantôt plus dansantes comme La Sexualité (avec Random Recipe), Des maux sur tout ou Plus vite que ton corps, tantôt plus sombres avec l’incroyable Monsieur (avec Albin de la Simone) ou la poignante La date, l’heure, le moment. Cette dernière en a été d’un moment fort de la soirée; on a pu entendre quelques exclamations dans la salle lorsque Pierre Lapointe a prononcé ses dernières paroles… Le public entendait pour la majorité les chansons de Punkt pour la toute première fois.

La chanson Barbara a également été très réussie. Aussi choc que sur le disque, elle a détonné en première portion du spectacle avec ses décharges électrisantes qui, parallèlement une voix plus droite, plus grise, captivait la foule.

On délousse la cravate

Vêtu d’un pantalon ultra « motifé », d’un veston écarlate, d’un chandail bleu, de chaussures mauves et portant le nœud papillon, Pierre Lapointe n’a pu défaire sa cravate en seconde portion de sa performance. Il était toutefois beaucoup plus relâché. Aucune retenue, ni en musique ni en paroles ! « Je voulais vous remercier d’avoir choisi de venir me voir plutôt qu’Anik Jean. Et moi, je n’ai même pas eu à vous menacer ! » (ouf!), a lancé Lapointe avant de présenter des pièces plus connues dont Au nom des cieux galvanisés, Colombarium, Au Bar des Suicidés et 2 x 2 rassemblés.

Parlant de Gerry Boulet qui doit être extrêmement heureux s’il y a de l’alcool au ciel, mentionnant que ses « cordes vocales sont comme une nympho après l’amour » pour témoigner de son rhume, Pierre Lapointe n’a en rien perdu son côté montagne russe. Si la première portion du spectacle était déstabilisante pour le public qui découvrait les morceaux de Punkt l’un après l’autre, la deuxième partie a été tout aussi surprenante par son aspect sans retenue.

Un disque accessible sans l’être

Avec Punkt, l’auteur-compositeur-interprète renouera avec son public égaré depuis le temps où il n’avait pas créé de nouveau matériel, mais il séduira aussi un nouveau public. On devient rapidement réceptif à cet album. Les textes sont par moment très révélateurs, très crus. On sent que Pierre Lapointe s’expose doublement ; par ses textes plus charnels, mais aussi par sa musique qui du moins pour la première moitié du disque est beaucoup plus facile à apprivoiser.

LE CONCERT EN IMAGES:

Close
Lancement de Pierre Lapointe
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée