Lancement de La Mort Pop Club : le grand retour des loups (ENTREVUE)

Publication: Mis à jour:
We Are Wolves. (Crédit: Christine Grosjean)
We Are Wolves. (Crédit: Christine Grosjean)

Il y a longtemps que le trio We Are Wolves n’avait produit de nouveau matériel ou offert de concerts. Ce mardi, c’est donc le grand retour de la meute avec la sortie de La Mort Pop Club. En entrevue téléphonique, le claviériste Vincent Lévesque ne pouvait cacher sa hâte de dévoiler sa nouvelle musique au grand jour. « Je ressens quand même une certaine anxiété, mais bon, je suis déjà un gars anxieux au départ! En même temps, nous, on ne prend rien pour acquis. On ne prend pas pour acquis que nos fans en reveulent encore! On est juste super content de lancer l’album et content parce qu’on va refaire des shows!», racontait-il.

Un disque sauvage, mais sensible

Quatrième album de la formation, La Mort Pop Club se trouve musicalement à mi-chemin entre Total Magique et Invisible Violence. Certaines pièces sont plus mordantes, plus agressives, rappelant Total Magique, d’autres plus mélodiques, plus irrévérencieuses, remémorent davantage Invisible Violence. Il va sans dire, pour We Are Wolves, tout cela est absolument involontaire. « Au départ, quand on a commencé à composer, on ne s’était vraiment donné aucune barrière. On se disait que ça allait sûrement être plus psychédélique, fall out, expérimental ou bizzardo… Finalement, on en revient un peu à notre son, au son We Are Wolves! On est comme revenu à nous! C’est tombé comme ça et en même temps, c’est cool! », expliquait Vincent. En quoi ce disque est-il loup? « C’est un album assurément sauvage, mais avec une sensibilité acceptée » affirmait-il.

Le premier extrait du nouvel opus, As the Moon Sets, propose un rythme plus lent que la moyenne des autres chansons du disque, tout en offrant un maximum de robustesse. Un premier extrait massif et jouissif! Lorsque l’on demande au musicien pourquoi avoir choisi ce titre, il avoue n’en savoir absolument rien. « Ça reste complètement énigmatique, ça m’échappe! Je ne comprends pas et c’est une maudite bonne question! Je pourrais dire que c’est parce qu’elle est vraiment puissante, mais sinon, je ne sais pas, je n’ai rien choisi », disait-il en riant. « C’est drôle, ça me fait penser au mystère des setlists des shows, de l’ordre des chansons. Sérieusement, ça m’échappe complètement…mais on a tout une équipe derrière nous qui a l’air de savoir comment ça marche », a-t-il ajouté.

Attente impatiente

Les fans de WAW auront été patients, La Mort Pop Club sera dans les bacs à compter de demain. Un travail de longue haleine qui en vaut la chandelle! Alexander Ortiz, Pierre-Luc Bégin et Vincent Lévesque auront investi de longues heures sur ce projet. « C’était la première fois qu’on se donnait autant de temps pour faire un album. On avait une vingtaine de chansons et on a commencé à enregistrer, pas cet été, l’autre été d’avant », avouait Vincent en entrevue. Le groupe a pu prendre beaucoup de recul entre les enregistrements, allant ainsi chercher une satisfaction maximale pour chaque morceau créé. « C’était aussi moins angoissant pour le mix ».

En tournée québécoise

Le trio électro-punk fera la promotion de son disque aux quatre coins du Québec au fil des prochaines semaines. WAW passera notamment à Chicoutimi, Québec, Sherbrooke, Matane pour terminer avec Montréal, le 4 mai prochain au Cabaret Mile-End. La formation montréalaise Suuns, qui lancera une nouvelle galette le 5 mars prochain, jouera aux côtés du groupe pour quelques-unes de ces prestations. Pour tous les détails sur la tournée, cliquez ici.

EN VIDÉO: