Une petite maison de disque montréalaise et des artistes de la métropole poursuivent Ubisoft pour plusieurs milliers de dollars, arguant que le producteur de loisirs interactifs a utilisé leur matériel musical sans en être autorisé.

Lire l'intégralité de l'article sur La Presse