Montréal en Lumière: -M- nous transporte sur son Îl(e) festive

Publication: Mis à jour:
MATHIEU CHEDID M
Mathieu Chédid aux Victoires de la Musique, le 8 février 2013 | AFP

Le chanteur français Mathieu Chédid a donné le coup d’envoi des festivités de Montréal en Lumière jeudi soir au Métropolis en offrant à son public une performance des plus explosives. Explosif, c’est le mot. -M- a gardé son effet dynamite jusqu’à dernière note de sa prestation. Nouveau disque, nouveau spectacle, énergie renouvelée pour -M-.

«On va être comme des fous! On va tout lâcher!» avait-il lancé d’emblée. En effet, le concert a duré plus de 2h30 avec à peine quelques minutes de pause. Il s’est d’abord présenté sur scène avec de grosses lunettes en forme de M, projetant des jets lumineux, une très belle façon d’intégrer sa touche « lettrée» au spectacle, puisqu’on doit le mentionner, il a laissé tomber sa coupe de cheveux en M.

Cela allait de soi, l’excentrique chanteur a présenté près de 10 chansons de son nouvel album, Îl, sorti en novembre dernier. Bien loin l’idée de laisser le reste de son répertoire de côté, il a proposé un mélange parfaitement dosé. Ainsi, les fans ont pu chanter à tue-tête les paroles d’Onde sensuelle à répétition alors qu’il y ajoutait des sons de beatbox. Tout de suite après, il y a enchaîné L’île intense avec une entrée en matière de type suspens, suivie d’un rock très dense. Un danseur hyperactif exécutait à ce moment quelques mouvements d’arts martiaux en arrière-scène; les danseurs de Véro à La Fureur pouvaient aller se rhabiller, il battait des records de vitesse.

En voyage avec -M-

Ce qui est toujours aussi extra avec Mathieu Chédid, c’est qu’il fait voyager son public au fil même de ses pièces. La chanson À tes souhaits est un excellent exemple. En moins de quelques minutes, il a chaleureusement fait valser et chantonner la foule sur des «ouh ouh ouh», puis tranquillement se sont installés des sonorités africaines, avant d’offrir une finale bien sale et bien garage. Une sautillante Mojo, suivies par un doux medley composé de Ma mélodie, Qui de nous deux et La Belle étoile, Mathieu Chédid trouve sa force dans la facilité qu’il a de passer d’un univers scénique complètement intime à un environnement funky et déjanté. On passe du fil de soie au fil électrique en moins de deux.

Un power trio

Accompagné sur scène par Brad Thomas Ackley à la basstar (instrument comprenant deux cordes de bass et quatre cordes de guitare) et Laurence Clais à la batterie, les deux musiciens en ont mis plein la vue. La foule a eu droit à un passage fort rythmé durant Gimmick qu’ils ont joué sans Chédid. Avec sa basstar où il y rattachait échantillonneur et mini-clavier, Brad Thomas Ackley s’est complètement éclaté, a envoyé quelques notes de Da Funk (Daft Punk), mélangée avec les «gimme gimmick» de -M-. Un beau moment ! Seul bémol, la seconde partie menant au rappel était quelque peu alourdie par les trop nombreux solos improvisés. La foule n’arrivait plus à suivre le trio trop dense pour elle…

Le rappel a bien remis en place. -M- y a présenté quelques morceaux acoustiques, dont Le radeau. Le concert s’est terminé sur une note festive et humoristique: cinq hommes ont offert la chorégraphie du vidéoclip de Mojo. En somme, l’énergie de -M- est inépuisable. Il ne peut arrêter de sauter en ciseaux, de danser. Et son dynamisme est contagieux, le public semble avoir fort apprécié la soirée.

Un speed-dating avec Brigitte

Le duo français Brigitte n’a laissé personne indifférent en première partie de -M- … surtout les garçons ! Les chorégraphies de bras minimalistes se mélangeaient à des déhanchements sensuels mettant en valeur les robes échancrées des deux filles. Rencontre et séduction étaient au rendez-vous! Sylvie et Aurélie ont présenté leurs chansons coquettes et féminines dont la fameuse reprise de Ma Benz du groupe rap français NTM. Leur passage aux FrancoFolies ayant été remarqué l’été dernier, il en aura été d’une redécouverte pour certains, alors que d’autres se laissaient impressionner pour la toute première fois par leur présence scénique et leur musique tantôt disco, tantôt sixties

-M- est à Montréal en Lumière pour une deuxième soirée consécutive au Métropolis ce vendredi. Marie-Pierre Arthur assurera la première partie du spectacle.