Huffpost Canada Quebec qc

Justin Trudeau se dit opposé à la gratuité universitaire, sans se prononcer sur le gel, l'indexation ou l'augmentation des droits de scolarité

Publication: Mis à jour:

MONTRÉAL - Le favori de la course à la chefferie du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, s'est aventuré mardi dans deux domaines de compétence provinciale, s'en prenant même au gouvernement du Parti québécois, alors qu'il effectuait une visite à Montréal.

M. Trudeau a fait part de son avis sur les politiques québécoises en matière de langue, ainsi que sur la question des droits de scolarité, tout en réitérant sa promesse d'accroître l'implication fédérale en éducation.

Le député a prononcé des discours et répondu aux questions des étudiants dans trois établissements, deux anglophones et un francophone.

Les foules étaient de taille similaire à chaque arrêt, mais l'accueil a varié en fonction de la langue officielle utilisée.

Au Collège Dawson, les étudiants anglophones lui ont demandé de signer des autographes et de se faire photographier après son discours. À l'Université de Montréal, un peu plus tard, M. Trudeau a plutôt été talonné sur la question constitutionnelle, et un étudiant l'a même approché par la suite pour en débattre plus à fond.

Son premier arrêt de la journée, à l'Université McGill — où il a étudié —, il a affirmé que s'il devenait premier ministre, il adopterait une approche beaucoup plus participative dans les domaines sous responsabilité provinciale, contrairement aux conservateurs de Stephen Harper. Il a ainsi dit qu'Ottawa devrait jouer un plus grand rôle en éducation, tout en respectant les compétences provinciales.

M. Trudeau a aussi déclaré vouloir augmenter les taux d'inscription aux études supérieures, pour les faire passer de 50 à 70 pour cent.

Le candidat à la chefferie a par ailleurs dit croire que les plans du Parti québécois pour resserrer la loi 101 allaient trop loin.

«Je ne crois pas que cela aidera qui que ce soit et vous pouvez en fait voir que l'approche de ce gouvernement est très électoraliste et tourne autour de l'idée de soulever des controverses, plutôt que faire quoi que ce soit d'autre», a-t-il lancé.

Ces commentaires n'ont pas été prononcés lors de ses discours, mais plutôt alors que M. Trudeau répondait aux questions des étudiants.

Ce dernier appuie toutefois le gouvernement péquiste dans un domaine; il se dit en effet opposé à la gratuité universitaire, affirmant qu'il ne s'agissait pas d'une «utilisation efficace des sous des contribuables».

Interrogé par un journaliste à propos du débat plus vaste au Québec à propos des droits de scolarité, M. Trudeau a refusé de se mouiller, disant respecter le droit de la province de gérer ce dossier.

Lors de son passage à l'Université de Montréal, Justin Trudeau a affirmé que rouvrir le dossier constitutionnel pour obtenir l'adhésion du Québec ne serait pas une priorité.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Le style non-conventionnel de Justin Trudeau
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

10+1 questions avec Justin Trudeau | Nathalie Collard | Actualités

Être Trudeau au Québec - L'héritage d'un patronyme | Le Devoir

Justin Trudeau aborde les droits de scolarité et la loi 101