Le géant américain de l'agrochimie Monsanto joue gros dans un litige contre un fermier américain arbitré mardi par la Cour Suprême américaine, qui met en jeu la propriété intellectuelle de ses graines transgéniques.

Vernon Hugh Bowman, un agriculteur âgé de 75 ans et résidant dans l'Indiana, au nord des Etats-Unis, est poursuivi depuis 2007 par Monsanto pour avoir replanté, cultivé et commercialisé des graines de soja issues de semences contenant les qualités de résistance aux pesticides qui caractérisent les OGM du groupe agrochimique.

Monsanto affirme que ces graines, génétiquement modifiées pour résister aux herbicides commercialisés par Monsanto, sont protégées par des brevets et ne doivent pas être replantées sans s'acquitter de droits de propriété intellectuelle à chaque cycle de semis.

L'agriculteur a perdu en première et deuxième instance. Il a déposé un recours auprès de la Cour suprême des Etats-Unis qui s'est saisie du dossier en octobre 2012.

M. Bowman affirme pour sa défense qu'il a toujours respecté son contrat avec Monsanto, en achetant de nouvelles semences OGM chaque année pour sa culture primaire.

Mais à partir de 1999, pour faire des économies, il explique avoir acheté d'autres semences auprès d'un producteur local et les avoir plantées pour une moisson distincte.

S'apercevant que ces semences avaient développé une résistance à l'herbicide, il a répété l'opération de 2000 à 2007 et, "à la différence de sa culture primaire, a conservé les semences obtenues lors de sa culture secondaire pour les replanter".

La protection des brevets "joue un rôle crucial en permettant l'innovation dans le secteur des biotechnologies où les découvertes nécessitent d'importants investissements de recherche et développement", argumente Monsanto dans sa défense, selon un communiqué sur le site du groupe.

La défense de Monsanto insiste sur le fait que ce litige est déterminant non seulement "pour l'agriculture mais aussi dans d'autres domaines s'appuyant sur des investissements importants de recherche et développement comme la médecine, les biotechnologies, l'informatique et les sciences de l'environnement".

En 2011, la Cour Suprême avait donné raison à Monsanto dans un autre litige et autorisé la vente de semence de luzerne génétiquement modifiée, face à des agriculteurs "bio" qui craignaient la contamination de leurs cultures.

Les semences d'OGM (soja, maïs, coton et légumes) ont représenté 72,5% du chiffre d'affaires de Monsanto l'an dernier, le solde revenant aux ventes d'herbicides et pesticides.

Également sur Le HuffPost:

Loading Slideshow...
  • 1er mythe: le sel de mer est meilleur que le sel de table

    Les deux sels ont la même valeur nutritionnelle, et le marketing est pour beaucoup dans ce qu'on entend dire au sujet du sel. Le sel de mer a un meilleur goût - ce qui veut dire qu'on en utilise moins - et le sel doit, quoi qu'il en soit, être utilisé avec parcimonie. C'est-à-dire en moindre quantité que dans nos habitudes alimentaires. En fait, le sel est le dernier gros problème montré du doigt dans nos sociétés, responsable de la haute pression et des maladies cardio-vasculaires. Alors, que ce soit du sel de mer ou du sel de table... Vous en utilisez trop de toutes façons.

  • 2e mythe: Le soda diète ne peut pas faire de mal

    Le problème vient des édulcorants comme le sucralose ou l'aspartame, qui trompent l'estomac en augmentant l'appétit. À terme, vous aurez <em>encore plus</em> envie de goût sucré. Les études le disent: trois boissons «diètes» par jour et vous augmentez de 40% vos risques d'obésité. Sans oublier les autres problèmes de santé que peuvent causer certains édulcorants chimiques, selon certaines études. La recherche suit son cours mais, en attendant, pourquoi ne pas boire un jus de fruit naturel coupé avec de l'eau, ou du jus de citron dans de l'eau fraîche?

  • 3e mythe: les aliments sans gras sont meilleurs pour la santé

    Dans les années 90, les aliments sans gras avaient la côte dans les supermarchés. On croyait que couper dans le gras faisait perdre du poids. Et on a remplacé le gras (qui donne du goût) par le sucre. Erreur! Les calories du sucre sont «vides», c'est-à-dire qu'elles n'ont aucune valeur nutritionnelle et ne «remplissent» pas l'estomac. De plus, le bon gras et son impact positif sur la santé (des noix et de l'huile de canola par exemple) est à présent prouvé. Faites le tri entre le bon et le mauvais gras: évitez les gras saturés, et offrez-vous des collations à base de noix diverses.

  • 4e mythe: les boissons énergétiques sont meilleures que le soda

    Avec des noms comme Red Bull, Full Throttle, Rock Star et Monster, vous vous sentez comme Terminator après en avoir bu un! Oui, il y a des vitamines dans ces boissons, mais attention à la dose de sucre. Celle-ci équivaut bien souvent à 17 cuillères à table par portion, soit 68g, soit 280 calories.. sachant que vous devez vous limiter à 40 grammes maximum de sucre par jour. Si vous voulez des vitamines, mangez des fruits: elles seront mieux absorbées par le corps grâce aux fibres. Quant à l'énergie, une tasse de café sans sucre fait l'affaire.

  • 5e mythe: le granola est bon pour la santé

    Le granola est fait de céréales ce qui, en soi, est bon pour la santé. À condition qu'il ne s'agisse QUE de céréales! Ce qui n'est JAMAIS le cas. Le problème est que, dans le granola vendu dans le commerce, se rajoutent toutes sortes d'ingrédients: du sucre bien sûr, camouflé dans les fruits séchés et les noix, mais aussi de l'huile. Bref, du gras et du sucre. Attention donc aux calories cachées; lisez bien la liste des ingrédients et ne faites pas du granola votre déjeuner quotidien.