La blogueuse dissidente cubaine Yoani Sanchez est arrivée lundi à l'aube à Recife (nord-est du Brésil) où elle a entamé une tournée de trois mois dans une douzaine de pays du continent américain et en Europe, a indiqué la presse locale.

Après avoir été empêchée de sortir du pays une vingtaine de fois par les autorités communistes, elle a été reçue à l'aéroport de Recife, la capitale de l'Etat du Pernambouc, par des amis, dont le cinéaste brésilien Dado Galvao, et de nombreux journalistes mais aussi des manifestants.

Une vingtaine de militants pro-Cuba l'ont accusée de "trahir le mouvement" et d'être un agent de la CIA, au service des Etats-Unis, aux cris de "Dehors Yoani!".

"Vive la démocratie, je veux cette démocratie aussi dans mon pays", a répondu la blogueuse cité par le site d'information G1.

Yoani Sanchez a ensuite voyagé vers Salvador de Bahia, où elle participera au lancement du documentaire "Conexion Honduras" dans lequel elle est interviewée par Dado Galvao qui a mené une grande campagne au Brésil pour faire venir la Cubaine.

Jeudi elle doit se rendre à Sao Paulo où elle présentera son livre "Cuba libre: Vivre et écrire à la Havane".

"Le Brésil a été le pays qui a fait le plus d'efforts pour me sortir de mon exil insulaire", a déclaré Yoani Sanchez pour expliquer pourquoi elle avait choisi ce pays comme première étape de cette tournée qui la conduira notamment au Mexique, en Argentine, aux Etats-Unis, en République Tchèque, en Italie, en Espagne, en Pologne et aux Pays-Bas.

Yoani Sanchez, âgée de 37 ans, a reçu de nombreux prix internationaux, dont le prix Ortega y Gasset du quotidien espagnol El Pais pour son blog au ton acide "Generacion Y" (www.desdecuba.com/generaciony/).

Grâce à la nouvelle loi migratoire entrée en vigueur à la mi-janvier, elle avait pu retirer le 31 janvier dernier son passeport, sans lequel il lui était impossible de voyager à l'étranger.

ym-rd/cdo/ag/jeb