Une météorite a explosé vendredi matin au-dessus de l'Oural, et la chute de ses fragments a blessé au total près d'un millier de personnes, accompagnée d'éclairs incandescents et de violentes explosions, soufflant des murs et des fenêtres, et semant la panique.

Ce phénomène sans précédent par l'ampleur de son bilan humain est survenu alors que tous les services d'astronomie du monde guettaient le passage de l'astéroïde 2012 DA14 qui devrait frôler la Terre vendredi soir, mais plusieurs experts interrogés par l'AFP ont assuré que les deux événements ne pouvaient être liés.

"Le nombre de blessés est d'environ 950", a déclaré le gouverneur de la région de Tcheliabinsk, Mikhaïl Iourevitch, cité par Ria Novosti. Un précédent bilan faisait état de plus de 500 victimes. Selon l'administration de cette ville d'un million d'habitants, le bilan pour cette seule cité industrielle serait de 725 blessés dont 159 enfants.

Selon le gouverneur, les deux tiers des blessures sont légères, dues à des éclats de verre, et seules deux personnes sont dans un état grave.

une boule incandescente et une vive lumière blanche

--------------------------------------------------

Une boule incandescente accompagnée d'une très vive lumière blanche, se déplaçant à très grande vitesse, est apparue à 09H20 locales (03H20 GMT) dans le ciel de Tcheliabinsk, ont rapporté les autorités.

Selon l'antenne locale du ministère russe des Situations d'urgence, la météorite, estimée par les experts russes entre dix et plusieurs dizaines de tonnes, avait brûlé partiellement en entrant dans les couches basses de l'atmosphère, avant de se désintégrer.

Ses fragments incandescents ont à leur tour continué leur course pour atteindre la Terre, laissant derrière eux des traînées de fumée.

De fortes explosions ont alors retenti.

"C'est un bolide (météorite ayant traversé l'atmosphère, ndlr) qui a explosé au-dessus de Tcheliabinsk, et l'onde de choc a soufflé les fenêtres des immeubles et abattu en partie les murs d'une usine", a indiqué l'antenne locale du ministère des Situations d'urgence.

"Des fragments ont atteint la Terre et sont tombés dans des zones peu habitées de la région", a ajouté la même source.

Des vidéos placées sur l'internet ont montré des images d'apocalypse : des rues de Tcheliabinsk brusquement illuminées d'une aveuglante lumière blanche, des boules de feu traversant le ciel dans une traînée de fumée, des fenêtres et portes soufflées par l'onde de choc de violentes explosions.

"J'ai d'abord cru que c'était un avion qui s'écrasait, mais il n'y avait aucun bruit de moteur. Ensuite, il y a eu une violente explosion. Dans beaucoup d'immeubles de notre rue les fenêtres ont été soufflées", a raconté Denis Laskov, un habitant de Tcheliabinsk, à la télévision publique.

L'Académie des sciences russe a estimé que la météorite initiale, qui se serait désintégrée à une altitude de 30 à 50 kilomètres, faisait quelques mètres de diamètre, et pesait environ 10 tonnes.

L'agence Ria Novosti a cité de son côté une source militaire indiquant qu'il s'était désintégré à 5.000 mètres d'altitude seulement.

Un porte-parole de la région militaire de l'Oural a indiqué qu'un groupe de reconnaissance avait retrouvé le lieu d'impact d'un fragment, au bord du lac de Tchebarkoul. "Il y a un cratère de 6 mètres", a indiqué ce responsable, le colonel Iaroslav Poschioupkine, cité par Ria Novosti.

Des images diffusées par la télévision publique ont montré en fait un large trou dans la surface gelée d'un lac.

La chaîne Rossia a également montré le bâtiment d'une usine de la ville partiellement détruit, un mur et le toit effondrés, ainsi que des jeunes gens ensanglantés, apparemment blessés par des éclats de verre à l'université de Tcheliabinsk.

L'université, les écoles de la région ont été fermées. Le ministère des Situations d'urgence a indiqué avoir mobilisé 20.000 hommes.

Le président russe, Vladimir Poutine, a demandé de faire le maximum pour venir en aide à la population, alors que les autorités locales appelaient la population à ne pas céder à la panique.

L'agence russe de l'énergie atomique, a souligné que ses installations dans la région n'avaient pas été touchées par le phénomène, qui a également été observé dans plusieurs régions voisines et au Kazakhstan.

Un précédent célèbre, la "météorite de Tougounska" avait frappé la Sibérie en 1908 : plus probablement un astéroïde ou un noyau de comète dont l'impact avait été ressenti à des centaines de kilomètres, et avait soufflé les arbres dans un rayon d'au moins 20 kilomètres.

Ce précédent a été pris pour référence pour évoquer les conséquences qu'aurait l'impact sur la surface terrestre de l'astéroïde 2012 DA 14, surveillé vendredi soir lors de son passage prévu à seulement 27.600 kilomètres de la Terre.

Cette masse de 45 mètres et 135.000 tonnes est le plus gros astéroïde passant aussi près de la Terre jamais détecté, a souligné la Nasa, l'agence spatiale américaine.

lpt/lap/dro