NOUVELLES

Le gouvernement du Kenya est poursuivi par les familles de certaines victimes

15/02/2013 11:54 EST | Actualisé 17/04/2013 05:12 EDT

NAIROBI, Kenya - Les proches de Kenyans qui auraient été brutalisés par la police dans la foulée des élections présidentielles de 2007 ont intenté cette semaine une poursuite en justice au gouvernement.

Quatre organisations humanitaires participent aussi à cette poursuite.

Les familles de sept personnes qui ont été tuées et de huit qui ont été blessées poursuivent le gouvernement kenyan, affirmant que les coups de feu ont été tirés par la police lorsque des violences ont éclaté pour déterminer le vainqueur du scrutin.

Des données gouvernementales démontrent que les policiers ont abattu 405 des plus de 1100 personnes qui ont perdu la vie lors de ces violences postélectorales. Les documents présentés au tribunal affirment que plusieurs des victimes ont été touchées de balles dans le dos.

La poursuite ajoute que les policiers ont reçu des ordres illégaux et reproche au gouvernement de les avoir mal entraînés pour répondre à une agitation civile. Le gouvernement kenyan est aussi accusé de ne pas avoir enquêté sur ces incidents.

Un nouveau vote présidentiel doit se dérouler au Kenya le 4 mars, au moment où des groupes humanitaires préviennent que la police ne sera pas en mesure d'empêcher de nouvelles violences électorales sans du fait même porter atteinte aux droits des manifestants.

PLUS:pc