Huffpost Canada Quebec qc

Le gouvernement Marois remet en question des projets routiers des libéraux

Publication: Mis à jour:
CONSTRUCTION
Shutterstock

Radio-Canada a appris que le gouvernement Marois remet en question près d'une dizaine de projets d'infrastructures routières. Le gouvernement péquiste accuse l'ancien gouvernement libéral d'avoir annoncé une série de projets sans les avoir inscrits au Plan québécois sur les infrastructures, si bien qu'ils ne sont pas pris en compte dans le budget.

Par exemple, le prolongement de l'autoroute 19 à Bois-des-Filion, annoncé en 2010 par l'ex-premier ministre libéral Jean Charest, est encore au stade du projet. Les études de faisabilité ont tardé, et le projet nécessitait la construction d'un nouveau pont à côté du pont Athanase-David, ce qui n'avait pas été prévue. Le projet a donc été jugé « irréaliste », et reporté en 2020.

« Ça pourrait même être plus tard que 2020 », affirme le maire de Bois-des-Filion, Paul Larocque, qui a rencontré le chef de cabinet du nouveau ministre des Transports et des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault.

Selon nos sources, les libéraux avaient inscrit dans la colonne « ultérieur » les 310 millions de dollars requis pour le projet routier, ce qui veut dire que sa réalisation pourrait aller au-delà de 2017. De plus, aucun budget n'a été prévu pour un deuxième pont, dont les coûts étaient estimés en 2009 à 41 millions de dollars.

Le nouveau gouvernement péquiste doit maintenant revoir le projet.

D'autres cas

Les élus de l'ouest de l'île de Montréal vivent également le suspense. La veille du déclenchement des élections générales, le 1er août dernier, le ministre des Transports libéral de l'époque avait annoncé un investissement de 50 millions pour construire un échangeur dans l'emprise de l'autoroute 40. L'annonce aurait été faite en catastrophe, et le projet n'apparaît pas dans le budget.

« Si le ministère des Transports du Québec ne l'a pas mis dans sa liste, écoutez, ils ne s'en sont pas vantés », dit Monique Worth, mairesse de l'arrondissement Pierrefonds-Roxboro.

Au moins trois autres projets se trouvent dans la même situation. Le premier volet de la 420 en Estrie sera complété avec deux ans de retard, mais la deuxième partie est compromise, car les quelque 85 millions nécessaires ne sont pas prévus.

Il y a aussi des problèmes budgétaires pour les travaux des routes 70, à Saguenay, et 20, dans l'est du Québec.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Le meilleur et le pire du gouvernement Marois
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction