NOUVELLES

Colombie: la guérilla de l'ELN a libéré cinq otages, dont deux Péruviens (Croix-Rouge)

15/02/2013 04:30 EST | Actualisé 17/04/2013 05:12 EDT

La guérilla colombienne de l'ELN a libéré vendredi cinq employés d'une entreprise minière canadienne, Geo Explorer, capturés en janvier, parmi lesquels deux Péruviens, a annoncé jeudi le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), à qui ont été remis les otages.

"L'Armée de libération nationale (ELN) a libéré cinq civils colombiens et péruviens qui étaient entre ses mains depuis le 18 janvier", a indiqué le CICR dans un communiqué qui ne fait aucune mention d'un sixième otage, un employé d'origine canadienne, également capturé par cette guérilla de gauche.

Les otages ont été relâchés dans la zone de Norosi, dans le département de Bolivar, dans le nord du pays. Il s'agit des Colombiens William Batista, Manuel Zabaleta et Alexis Lopez, ainsi que des Péruviens Javier Leandro Ochoa et José Antonio Mamani, a ajouté le CICR.

Les cinq hommes ont été transférés dans la ville de Barrancabermeja, dans le département de Santander (nord-est), avant de rallier Bogota.

"Nous sommes heureux d'annoncer que ces personnes sont en bonne santé et seront bientôt réunies avec leurs familles", a indiqué Jordi Raich, chef de la délégation du CICR en Colombie, cité par le communiqué.

L'annonce de ces libérations avait déjà était faite lundi par la guérilla, mais n'avait finalement pas été suivie d'effet.

Les six employés de la société canadienne Geo Explorer avaient été enlevés sur un chantier minier dans une région proche de la frontière avec le Venezuela où est particulièrement implantée cette guérilla.

Aucune information n'a été dévoilée ni par le CICR ni par la guérilla sur le sort réservé au sixième otage, d'origine canadienne.

Seconde guérilla après les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), l'ELN, qui compte 2.500 combattants après plus de 40 ans d'existence selon le gouvernement, avait justifié ces enlèvements au nom de la défense des ressources naturelles, pillées selon elle au profit des compagnies étrangères.

L'ELN, qui s'est déclarée prête à engager des pourparlers avec les autorités dans le sillage des négociations de paix ouverte en novembre avec les Farc, a aussi revendiqué l'enlèvement il y a trois mois de deux ressortissants allemands, deux frères âgés de 69 et 73 ans.

gbv/nn/hdz/bbc

PLUS:afp