Présenté comme un évènement-bénéfice nouveau genre, le KanavalKanpé célèbrera la fièvre haïtienne au Centre PHI de Montréal le 23 février prochain, avec des prestations d'Arcade Fire et du groupe haïtien Dody et Kami, ainsi qu'une exposition des photos haïtiennes de la réputée photographe Leah Gordon.

« Ce sera une célébration positive et chaleureuse où les gens vont découvrir la richesse de la culture haïtienne, afin de briser l'image de pays pauvre qui est véhiculée dans les médias », explique la directrice générale de la Fondation Kanpé, Katleen Felix.

Créée par Régine Chassagne, d'Arcade Fire, et Dominique Anglade, de la CAQ, la Fondation Kanpé a pour but de briser le cycle de la pauvreté haïtienne de manière originale. « On veut apprendre aux citoyens à s'engager dans leur communauté, encourager les parents à soutenir leur école pour ne plus dépendre des dons et pousser les agriculteurs à offrir un produit avec une valeur ajoutée », ajoute Mme Felix. « On travaille au rythme des gens. Notre but n'est pas de réinventer la roue, mais d'avoir un impact durable sur le pays. »

Depuis ses débuts, la Fondation Kanpé profitedu soutien du Dr. Paul Clammer, de Partners in Health, et du réalisateur américain Jonathan Demme (Silence of the Lambs, Philadelphia), qui font partie du Conseil des grands. « En plus de nous aider d'un point de vue stratégique, ils ont accepté de nous endosser pour donner de la crédibilité à notre organisation. Certains membres du conseil ont accepté d'ouvrir leurs carnets d'adresses pour nous aider à trouver les professionnels dont nous avions besoin. D'autres, comme Arcade Fire, ont versé un dollar pour chaque dollar recueilli en don, jusqu'à concurrence d'un million de dollars. »

Après avoir complété ses études en finances et gestion internationale à HEC Montréal, Katleen Felix a travaillé pendant 10 ans en finances corporatives, dont quatre en tant qu'employée de CGI à Wall Street. À l'époque où elle évoluait dans la Grosse Pomme, la Montréalaise avait l'habitude de s'impliquer dans sa communauté. « J'ai aidé plusieurs entrepreneurs d'origines diverses à se lancer en affaires. Plusieurs venaient chez moi les soirs et les fins de semaine pour me présenter leur plan d'affaires avant d'aller voir les banquiers. Quelques fois, j'appelais les banquiers moi-même pour les convaincre d'accorder leur appui aux entrepreneurs. »

Le jour où elle mentionne à son employeur que la compagnie devrait commencer à s'impliquer socialement, celui-ci lui demande une liste d'organisations à qui faire des dons. Convaincue qu'il fautdavantage pour aider les gens, Felix se rend à une conférence sur le micro-crédit à Halifax. Là-bas, elle croise quelques membres de Fokonzé, un des leaders mondiaux dans le domaine. « Leur travail m'a complètement bluffé. Ils ont 50 succursales au pays, 2000 centres de crédits et 900 employés. La compagnie est reconnue dans son domaine à travers le monde. Très vite, la directrice générale de Fokonzé m'a offert de travailler avec eux. Elle m'a expliqué à quel point c'était rare de tomber sur quelqu'un qui maîtrisait le monde des finances et qui comprenait Haïti. Après trois mois de tiraillements intérieurs, j'ai fini par céder. Au lieu d'aider les riches à devenir encore plus riches, j'ai décidé d'aider les pauvres à entrer dans la classe moyenne et à avoir un niveau de vie décent. »

Travaillant pendant six ans avec Fokonzé, Katleen Felix a également développé un outil de financement pour les petites et moyennes entreprises qui sont prises entre l'étape du micro-crédit et de l'appui financier traditionnel des banques. Son projet a d'ailleurs été salué par la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton pour son caractère novateur et sa grande efficacité. « Avec le programme Zafèn, le public est invité à faire un prêt sans intérêt aux entreprises que nous avons identifiées comme ayant un fort potentiel de croissance, explique la Montréalaise. Depuis trois ans, nous avons transféré 1,5 million de dollars à plus de 200 entreprises et créé 800 emplois durables. C'est majeur pour Haïti. »

En juillet dernier, Katleen Félix quittait la direction générale de la Fokonzé, afin de prendre la tête de la Fondation Kanpé à Montréal.

kanpe kanaval