Quand la technologie rencontre l'adolescence, cela donne naissance à des phénomènes parfois incongrus. Dernier en date, le "sleep texting", un trouble du sommeil qui se caractérise par l'envoi de SMS sans que le sujet en ait conscience. "Il suffit que leur téléphone sonne pour que ces ados répondent mécaniquement", explique la très sérieuse Elizabeth Dowdell, professeure associée au département de médecine de l'université de Villanova (Etats-Unis).

Les symptômes du sleep texting sont variables: soit l'adolescent envoie des messages parfaitement cohérents, soit au contraire, il se met à écrire un charabia incompréhensible. "Les messages peuvent même devenir gênants. Par exemple: un jeune qui envoie à son ex-petit(e) ami(e) 'tu me manques, je veux te voir'", décrit Elizabeth Dowdell. Dans tous les cas, au réveil, le schéma est toujours le même: aucun n'est capable de se souvenir de son acte.

Surmenage, stress et utilisation abusive du téléphone

Les causes de ce fléau des temps modernes sont d'abord imputables au rythme de vie. En moyenne, un adolescent ou un jeune adulte a besoin de huit à dix heures de sommeil. Mais ceux qui sont sur-connectés à leur téléphone ou qui sont surmenés tendent à beaucoup moins dormir. Ce qui crée des troubles du sommeil, comme le sleep texting.

"C'est devenu tellement répandu de recevoir en permanence des messages, des e-mails ou des notifications sur son smartphone qu'il est de plus en plus difficile pour nous de séparer notre vie éveillée de notre vie de sommeil", juge David Cunnington, docteur au Centre des troubles du sommeil de Melbourne (Australie).

Un phénomène similaire en 2008: "le sleep mailing"

Pour ce spécialiste, qui avait déjà constaté le phénomène en 2008 avec les e-mails, le stress de la vie quotidienne influe fortement sur l'émergence de ces fléaux modernes. Il estime néanmoins que le sleep texting est encore rare, comparé au "sleep mailing". Les conséquences sont également moindres: par e-mail, les contacts sont davantage professionnels. Le trouble du courrier électronique touche également plus de monde, le sms étant souvent associé à jeunesse.

Reste que pour Elizabeth Dowdell et David Cunnington, il n'y a qu'une seule solution possible pour endiguer ces troubles: ne pas dormir avec son téléphone. (INSOLITE)

Loading Slideshow...
  • La paralysie du sommeil

    Endormie, ou sur le point de s'éveiller, la personne souffrant de paralysie du sommeil est tout à fait consciente mais incapable d'effectuer tout mouvement volontaire. À cette sensation d'immobilisation sont couramment associées des hallucinations auditives, kinesthésiques ou visuelles ainsi que des impressions d'oppression, de suffocation, de présence maléfique et de mort imminente. D'où l'anxiété et la peur. <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Paralysie_du_sommeil" target="_hplink">Ce trouble du sommeil</a> serait dû à des intrusions du sommeil paradoxal et de l'absence de tonus musculaire qui l'accompagne lors des transitions entre veille et sommeil. (Source: Wikipédia)

  • TCSP ou Trouble du Comportement en Sommeil Paradoxal

    Le <a href="http://www.sommeil-mg.net/spip/Troubles-du-Comportement-en" target="_hplink">Trouble du Comportement en Sommeil Paradoxal</a> (TCSP) est une parasomnie caractérisée par la survenue de comportements gestuels pendant le sommeil paradoxal (REM), et fréquemment rattachés à des situations vécues au cours d'un rêve. La personne endormie a des mouvements brusques, brutaux et bruyants: coups de pied ou de poing et parfois saute du lit en criant... Certaines crises donnent lieu à des situations d'insécurité pendant le sommeil qui peuvent avoir des répercussions familiales. La consultation est motivée par un accident (chute du lit) ou parce que les proches ont peur de se faire blesser. (Source: www.sommeil-mg.net/spip)

  • Le somnambulisme

    <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Somnambulisme" target="_hplink">Le somnambulisme</a> survient généralement durant de courtes périodes de transition entre les phases 3 et 4 du sommeil, ou sommeil profond. Les somnambules font l'expérience de déambulations nocturnes, en état d'inconscience, lors d'un sommeil lent profond. Ces déambulations peuvent être sans danger comme s'asseoir sur le lit, marcher dans la salle de bain ou nettoyer des objets, ou au contraire hasardeux comme faire la cuisine, conduire, faire des gestes violents, attraper des objets... Souvent, les somnambules se souviennent un peu, voire pas du tout de l'incident, car il n'existe aucune conscience dans leur gestuelle. Bien que leurs yeux soient ouverts, leur visage est sans expression. Le somnambulisme peut durer 30 secondes à 30 minutes. (Source: Wikipédia)

  • L'énurésie nocturne

    <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nur%C3%A9sie_nocturne" target="_hplink">Ce trouble est une affection</a> caractérisée par la survenue pendant le sommeil de mictions involontaires et inconscientes chez l'enfant de plus de cinq ans ou l'adulte. C'est ce que désigne familièrement l'expression «faire pipi au lit». L'énurésie est due à un sommeil trop profond, à un manque de maturité du réflexe de miction ou à un trouble psycho-affectif. Dans de rares cas, l'énurésie nocturne est le signe d'une malformation de l'appareil urinaire. Les causes peuvent en être multiples: problèmes psychologiques, de sommeil ou proprement urologique (cystite). Une constipation y est assez fréquemment associé et la génétique a un rôle à jouer. (Source: Wikipédia)

  • Les terreurs nocturnes

    <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Terreur_nocturne" target="_hplink">Une terreur nocturne</a> est un trouble spectaculaire du sommeil survenant en début de nuit et en phase de sommeil lent profond. La terreur nocturne commence par un cri de panique. L'enfant est souvent assis sur son lit, les yeux écarquillés et fixes; l'air terrifié, il hurle, et est insensible aux tentatives de ses parents pour le rassurer. Il ne garde aucun souvenir de la crise... qui laisse en général ses parents inquiets et désemparés. La terreur nocturne se rapproche du somnambulisme, mais est très différente du cauchemar qui survient plutôt en fin de nuit, et dont on garde le souvenir. Des terreurs nocturnes répétées sont observées chez 6% des enfants d'âge préscolaire, et sont encore plus fréquentes chez le très jeune enfant (mais elles seraient alors moins facilement identifiées). Moins d'1% des adultes en sont affectés. (Source: Wikipédia)

  • Le bruxisme

    Ce trouble consiste en <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Bruxisme" target="_hplink">serrements et grincements de dents</a>. Cette parafonction peut se manifester pendant la journée mais plus souvent durant le sommeil, il est alors généralement inconscient. (Source: Wikipédia)

  • Le syndrome de la tête qui explose

    Il s'agit d'un trouble du sommeil totalement bénin, faisant partie des parasomnies. La personne sur le point de s'endormir ou légèrement endormie entend soudain un bruit fort, une <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_de_la_t%C3%AAte_qui_explose" target="_hplink">impression d'explosion dans la tête</a>. Le bruit ne s'accompagne jamais de douleur. Par contre s'y associe très fréquemment l'apparition d'une sensation de flash lumineux, et des manifestations végétatives réactionnelles (sensation de difficultés respiratoires, palpitations...). Il s'agit d'une hallucination; le stress et l'anxiété pourraient en être la cause. (Source: Wikipédia)