NOUVELLES

Survie du squat Basse-Ville : la ministre Maltais interpelle la directrice

12/02/2013 11:33 EST | Actualisé 14/04/2013 05:12 EDT

La ministre Agnès Maltais reproche à la directrice du Squat Basse-Ville son intransigeance. L'organisme qui vient en aide à de jeunes fugueurs pourrait fermer lundi en raison de problèmes financiers.

Malgré l'urgence de la situation, la directrice du Squat, Louise Fortin, refuse de rencontrer les représentants de l'Agence de santé et des services sociaux, mercredi. Mme Fortin doute qu'ils aient le pouvoir de régler les problèmes financiers du Squat à court et moyen terme.

Une attitude que déplore la ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale. La ministre Agnès Maltais assure que la rencontre permettrait de trouver des solutions pour assurer le financement de l'organisme. « On a des « sous » pour permettre de régler rapidement le déficit de cette année », affirme-t-elle en ajoutant qu'il est possible de s'entendre avec les administrateurs du Squat pour un financement récurrent.

La députée de Taschereau prévient qu'elle pourrait passer outre les objections de la directrice Louise Fortin pour régler la question. « C'est de l'argent public qui a bâti cette résidence-là. Cet organisme-là est financé par le public ce service-là est nécessaire », soutient Agnès Maltais.

Louise Fortin n'en démord pas. Elle met en doute le travail de l'agence de santé auprès du ministère de la Santé et des Services sociaux. « Jamais l'agence n'a voulu donner et faire des pressions auprès du ministère », affirme telle.

Mme Fortin ajoute que les organismes communautaires sont sous-financés tout en demandant des sommes d'argent additionnels afin de poursuivre la mission d'aide envers les jeunes. Le Squat fait face à un déficit de 60 000 dollars.

L'organisme Squat Basse-Ville vient en aide à plus de 200 jeunes grâce à son service d'hébergement et offre des repas à d'autres adolescents en difficulté.

PLUS:rc