NOUVELLES

Soudan: les Etats-Unis s'élèvent contre une grâce dans une affaire d'évasion

12/02/2013 07:12 EST | Actualisé 14/04/2013 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont protesté, dans un communiqué de leur ambassade à Khartoum, contre la décision du Soudan d'accorder une grâce présidentielle à un homme impliqué dans l'évasion de quatre personnes condamnées pour le meurtre en 2008 de deux employés de l'ambassade.

La grâce accordée à Moubarak Moustafa est en contradiction avec des assurances précédentes données par le Soudan sur sa volonté de demander des comptes à tous ceux qui sont impliqués dans les meurtres, ou qui ont une responsabilité quelle qu'elle soit, a indiqué l'ambassade des Etats-Unis dans un communiqué lundi soir.

John Granville, un Américain travaillant pour l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), et son chauffeur Abdelrahman Abbas Rahama, un employé d'USAID, avaient été tués par balles le 1er janvier 2008 à Khartoum.

Leurs meurtriers et deux complices avaient été condamnés à mort en 2009. En juin 2010, les quatre hommes avaient réussi à s'évader en creusant un tunnel, tuant un policier et en blessant un autre.

L'un des hommes avait été retrouvé et un autre est présumé mort, tué en Somalie en mai 2011.

"Moubarak Moustafa a été accusé d'avoir aidé ces hommes à s'évader", a indiqué l'ambassade.

"Dans l'intérêt de la justice, nous demandons au gouvernement du Soudan d'annuler la grâce et de remettre M. Moustafa en prison pour qu'il y purge sa peine", a-t-elle ajouté.

"Ne pas revenir sur cette grâce est contraire à l'engagement commun des Etats-Unis et du Soudan à combattre le terrorisme et demander des comptes à ceux qui sont responsables d'actes terroristes", a ajouté l'ambassade.

En novembre, le ministère soudanais des Affaires étrangères Ali Ahmed Karti a cité en tête de ses priorités la fin des sanctions économiques et le retrait du Soudan de la liste du département d'Etat américain des pays soutenant le terrorisme.

it/sw/cnp

PLUS:afp