NOUVELLES

La visite de Parchin possible dans le cadre d'un accord global avec l'AIEA (Téhéran)

12/02/2013 05:22 EST | Actualisé 14/04/2013 05:12 EDT

L'Iran a affirmé mardi que la visite du site militaire de Parchin par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) serait possible dans le cadre d'un "accord global" avec l'agence onusienne respectant ses droits à l'énergie nucléaire pacifique.

"Nous sommes prêts à parvenir à un accord global entre l'Iran et l'AIEA dans lequel les droits nucléaires de notre pays, conformément au TNP, sont reconnus", a déclaré Ramin Mehmanparast, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, lors de son point de presse hebdomadaire.

"Naturellement un tel accord prévoira la levée des inquiétudes et des ambiguïtés de l'AIEA, et la question de la visite du site militaire de Parchin pourra en faire partie", a déclaré M. Mehmanparast.

Une délégation de l'AIEA doit arriver dans la nuit de mardi à mercredi à Téhéran pour tenter une nouvelle fois d'obtenir un accord lui donnant un pouvoir plus large pour vérifier si le programme nucléaire de Téhéran cache ou non un volet militaire.

Cette rencontre, la troisième en trois mois et la huitième depuis un an, se tiendra à partir de mercredi. La délégation de l'agence onusienne, basée à Vienne, doit de nouveau être dirigée par le chef des inspecteurs Herman Nackaerts.

L'AIEA demande notamment depuis un an de pouvoir visiter le site de Parchin, près de Téhéran, où l'Iran aurait procédé à tests d'explosions de type conventionnel aussi susceptibles d'être utilisés pour une bombe atomique.

L'Agence soupçonne Téhéran de bloquer l'accès au site afin d'effacer toute trace compromettante.

En tant que signataire du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), l'Iran doit soumettre ses sites nucléaires aux inspections de l'agence, mais Téhéran assure que Parchin n'entre pas dans cette catégorie.

sgh/cyj/sw

PLUS:afp