NOUVELLES

Koweït: détérioration de la situation des droits de l'Homme (HRW)

12/02/2013 09:38 EST | Actualisé 14/04/2013 05:12 EDT

La situation des droits de l'Homme s'est détériorée en 2012 au Koweït où la police a eu un recours excessif à la force contre les manifestants et le gouvernement a sévi contre les cyberactivistes, a dénoncé mardi Human Rights Watch (HRW) mardi.

"La crise politique au Koweït a eu un impact négatif sur la situation des droits de l'Homme dans le pays", a affirmé Nadim Houry, directeur adjoint de l'organisation pour le Proche-Orient, lors d'une conférence de presse.

"Les forces de sécurité ont réprimé les protestations et le gouvernement a fait preuve d'intolérance face au discours dissident", a-t-il ajouté.

Depuis la mi-2012, au moins 35 cyberactivistes et anciens députés ont été traduits en justice pour avoir "offensé l'émir", avoir posté des propos sur Twitter ou avoir prononcé des discours lors de protestations publiques, a souligné l'organisation de défense des droits de l'Homme.

M. Houry a appelé le gouvernement à "inverser cette tendance en 2013 en abandonnant les charges contre les cyberactivistes et les anciens députés".

Au cours des dernières semaines, au moins sept militants de l'opposition et anciens députés ont été condamnés à des peines allant de deux à dix ans de prison pour avoir insulté l'émir, une offense punie par la Constitution.

La tension est montée entre l'opposition et le pouvoir depuis la tenue en décembre d'élections sur la base d'une loi électorale contestée par l'opposition, qui a contesté ce scrutin.

L'organisation basée à New York a également appelé les autorités à se pencher sur les demandes de naturalisation des Bidoun (sans nationalité) et à protéger les droits des travailleurs immigrés.

Le parlement koweïtien avait approuvé la semaine dernière un texte accordant la nationalité à environ 4.000 apatrides sur les quelque 106.000 que compte le pays.

oh/at/vl

PLUS:afp