CAFÉ - Faire un bon café n’est pas si simple. Si, bien évidemment, il faut prendre un bon produit de base – des grains de café de qualité, pas trop torréfiés, etc. -, il existe une multitude de petites étapes qui font la différence sur la qualité du breuvage. Voilà une liste non exhaustive mais déjà conséquente qui donne quelques informations sur des détails qui font toute la différence.

Ne pas stocker le café n’importe où

Il est fréquent de voir un sac de café à proximité de la machine à café pour répondre à la demande rapidement. Ce sac est souvent posé près du réfrigérateur ou de la machine à café. A chaque fois, le café se trouve donc proche d’une source de chaleur excessive. Déjà souvent trop torréfié, le café perd alors encore de ses qualités organoleptiques. Si le café vert (non torréfié) s’oxyde très lentement, parfois sur plus d’un (en fonction des variétés), le café torréfié s’oxyde beaucoup plus vite : entre cinq et vingt jours. Un café stocké trop longtemps est un produit qui perd également ses qualités.

Ne pas négliger la trémie

C’est le contenant – réservoir en forme de pyramide renversée – dans lequel est stocké le café avant qu’il ne soit moulu. S’il n’est pas bien nettoyé – ce qui est quasiment toujours le cas -, la trémie accumule toute la graisse des grains chauds et apparaissent rapidement des odeurs bien peu ragoûtantes (rance, etc.). Bien évidemment, cela influera sur le goût du produit final.

Choisir son moulin

C’est une loi physique : tous les moulins chauffent les grains de café lorsque ceux-ci sont moulus. Les meilleurs moulins sont dotés de meules coniques, mais ce sont les modèles les plus onéreux.

Régler son moulin

Comme le café a évolué en marché de service, l’expertise est sortie du bar ou du restaurant. Cela se fait au détriment du consommateur, et avantage ceux qui viennent livrer les boissons et qui mettent à disposition les machines. Ces derniers dépêchent de temps en temps un spécialiste qui vient régler le moulin. En réalité, un moulin – concrètement, la taille de la mouture, donc l’espace entre les meules – doit se régler chaque jour. Cela se fait en fonction de la chaleur, de l’humidité, etc. Il suffit qu’un membre du personnel se fasse un café dès potron-minet et observe la couleur de la crème et la vitesse d’extraction. Trop rapide, il affine la mouture en resserrant les meules. Trop lent, il la grossit et écarte les meules. C’est simple et plein de bon sens. Seul souci : il n’existe pas d’écartement standard des meules. Reste qu’avec un peu d’éducation et de bonne volonté, chaque restaurateur est largement capable de le faire.

Forme de la tasse, tassage, grammage, découvrez les autres conseils indispensables pour faire un bon café en lisant la suite de l'article sur:

atabula

» Si vous êtes plutôt porté sur le chocolat, découvrez les conseils du HuffPost pour réaliser un chocolat chaud que vous n'oublierez pas de sitôt.

Loading Slideshow...
  • Comment faire un vrai chocolat chaud

    Premier ingrédient : de la patience. Un vrai chocolat chaud ne se prépare pas en cinq minutes. Mais ça vaut le coup ! (sinon on ne vous en parlerait pas)

  • Premier ingrédient (le vrai) : du chocolat

    Noir, au lait, plus ou moins fort en cacao, c'est comme vous voulez. L'idéal reste le chocolat noir. Votre chocolat chaud sera plus intense. Comptez environ une plaque de chocolat pour quatre tasses de l'ingrédient suivant.

  • Deuxième ingrédient : du lait

    Le lait entier, c'est pas mal. Mais si c'est trop gras pour vous, du demi-écrémé fera l'affaire. Vous compterez quatre tasses de lait pour une tablette de chocolat donc.

  • Troisième ingrédient : quelque chose de sucré

    Cela peut être du miel, du sucre de canne, du sucre roux, c'est vous qui voyez.

  • C'est parti pour la cuison !

    À feux doux, on commence avec le lait. Quand il commence à bouillir, hop, passez à l'étape suivante...

  • ... et versez les copeaux de chocolat dans la casserolle

    Oui, bon, ça ressemblera pas vraiment à ça, mais c'est du chocolat. Pour de beaux copeaux, n'hésitez pas à utiliser une rappe, vous gagnerez du temps. Sinon, vous pourrez briser le chocolat au pilon dans un mortier. Le chocolat versé dans la casserole, on laisse chauffer à feu doux tout en remuant. Et maintenant, quelques astuces !

  • Astuce n°1 - Le sel

    Une pincée de gros sel dans la casserole. Goût relevé, plaisir décuplé !

  • Astuce n° 2 - La maïzena

    Le chocolat est en train de fondre dans le lait, profitez-en pour essayer ce petit truc. Prenez un verre, versez un peu de lait dedans, environ une demi tasse et ajoutez deux à trois cuillères à café de maïzena. Cela épaissira votre mélange.

  • Astuce n°3 - Ajoutez des épices

    La cannelle, ça marche très bien.

  • ... la cardamome aussi...

  • ... ce qui est aussi le cas du piment (ça réveille).

  • ... vous pouvez aussi mettre des clous de girofle, mais pas trop, c'est très fort.

  • ... Si vous voulez que votre café ait son petit effet dopant, ajoutez une ou deux cuillères de café en poudre.

  • Mais si vous préférez que votre chocolat chaud vous prépare pour une sieste, un petit bouchon de whisky, de rhum, d'amareto ou de vodka fera l'affaire. AVEC MODÉRATION. On ne vous le dira jamais assez.

  • La touche finale

    Les marshmallows évidemment. Il ne vous restera plus qu'à faire un petit footing le lendemain. Notre rubrique C'est la vie vous remercie de votre attention.