NOUVELLES

Washington soutient un plan de paix sous l'égide de l'ONU pour la RDCongo

11/02/2013 07:16 EST | Actualisé 13/04/2013 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont assuré lundi qu'ils appuieraient un processus de paix international sous l'égide de l'ONU pour la République démocratique du Congo (RDC), dont l'Est est déstabilisé par des groupes rebelles.

"Une solution élaborée et soutenue par la communauté internationale est le seul moyen d'aller de l'avant. Nous y sommes parvenus pour l'ancienne Yougoslavie (...) Nous avons pu stopper le conflit au Soudan. On doit produire un effort tout aussi dynamique et international pour la RDC", a plaidé le secrétaire d'Etat adjoint pour l'Afrique, Johnnie Carson.

"Les Etats-Unis sont disposés à travailler avec les autres membres du Conseil de sécurité de l'ONU et nos partenaires africains", a assuré le plus haut diplomate américain pour l'Afrique, lors d'une conférence au centre de réflexion Brookings Institution de Washington.

Il a exhorté "la RDC, le Rwanda, l'Ouganda et d'autres pays de la région à signer et appliquer le plus tôt possible l'accord-cadre des Nations unies". Ce plan régional de paix avait été présenté fin janvier au sommet de l'Union africaine à Addis Abeba, mais huit dirigeants africains, dont ceux des pays des Grands Lacs, ne l'avaient pas signé.

M. Carson, qui quittera son poste dans quelques jours, a plaidé pour que ce plan onusien s'accompagne d'un "processus de paix complet" pour l'est de la RDC, piloté par un "envoyé spécial de l'ONU".

D'après M. Carson, Washington "soutient avec force l'intégration d'une brigade régionale d'intervention au sein de la Monusco", la Mission de l'ONU pour la stabilisation du Congo, forte de 17.000 hommes mais critiquée pour n'avoir pas pu mettre fin aux violences dans l'est de la RDC.

Les Nations unies souhaitent donc créer une "brigade d'intervention rapide (...) plus robuste", avec 2.500 hommes, avait indiqué la semaine dernière le patron des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous.

L'est de la RDC, riche en minerais, est le théâtre de rébellions armées. Depuis avril 2012, l'armée congolaise lutte contre le Mouvement du 23 mars (M23) qui est soutenu selon l'ONU par le Rwanda et l'Ouganda voisins, ce que ces pays nient. Les combats avec l'armée ont été suspendus en décembre et des discussions se tiennent à Kampala.

Les Etats-Unis, longtemps alliés au Rwanda, ont fini, eux aussi, par montrer du doigt Kigali pour son soutien au M23 et ont suspendu en juillet une partie de leur aide militaire.

"Le président (Barack) Obama s'est entretenu fin décembre avec le président (rwandais Paul) Kagame pour rappeler que tout appui au M23 était incompatible avec les aspirations du Rwanda à la paix et à la stabilité de la région", a dit le diplomate américain.

"Nous allons continuer à regarder cela de près", a assuré M. Carson.

nr/sam

PLUS:afp