NOUVELLES

Syrie: la proposition de Khatib, une occasion à ne pas manquer (Ban Ki-moon)

11/02/2013 07:24 EST | Actualisé 13/04/2013 05:12 EDT

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a pressé lundi le gouvernement syrien de "répondre positivement" à la proposition de dialogue du chef de la Coalition de l'opposition syrienne Ahmed Moaz al-Khatib, qu'il a qualifiée "d'occasion à ne pas manquer".

Cette proposition "est une occasion à ne pas manquer, une chance de passer d'une logique militaire dévastatrice à une approche politique prometteuse", a declaré M. Ban devant le Council on Foreign Relations.

"C'est une offre courageuse (..) je demande instamment au gouvernement syrien et au Conseil de sécurité d'y répondre positivement".

Le Conseil, aujourd'hui profondement divisé, doit, selon M. Ban, "s'unir afin de définir les paramètres d'une transition démocratique qui pourrait sauver la Syrie". "Il ne doit plus rester sur la touche, divisé, assister en silence au massacre", a-t-il ajouté.

Estimant qu'il était "temps de rompre nettement avec le passé" en Syrie, il a affirmé que "plus généralement, dans le monde arabe et ailleurs les gens veulent un vrai changement, pas des aménagements de façade".

Ahmed Moaz al-Khatib a déclaré lundi au Caire n'avoir reçu "aucune réponse claire" du régime du président Bachar al-Assad à sa proposition de dialogue sous conditions.

M. Khatib s'était dit prêt fin janvier à entamer des discussions directes avec des représentants du régime n'ayant pas "de sang sur les mains", précisant que tout dialogue devait nécessairement porter sur le départ du président Assad.

Vendredi, le régime syrien s'est dit prêt à dialoguer avec l'opposition mais sans "conditions préalables".

L'offre de M. Khatib avait reçu l'aval des Etats-Unis, de la Ligue arabe et des deux alliés de la Syrie, la Russie et l'Iran. Mais le Conseil national syrien (CNS), principale composante de la Coalition, l'a rejetée en bloc et réaffirmé son attachement à la "révolution".

avz/are

PLUS:afp