NOUVELLES

Nadal est revenu au jeu, mais un retour à l'excellence sera long et ardu

11/02/2013 11:56 EST | Actualisé 13/04/2013 05:12 EDT

VINA DEL MAR, Chili - Après sept mois à l'écart pour traiter une déchirure et de l'inflammation à un tendon du genou gauche, l'Espagnol Rafael Nadal a laissé certaines questions en suspens, au tournoi où il a fait son retour au jeu.

Nadal a perdu les finales du simple et du double à l'Omnium VTR au Chili, dimanche.

En simple, il s'est incliné en trois sets devant Horacio Zeballos, qui récoltait ainsi un premier titre en carrière.

«Ça lui a nui de ne pas jouer pendant si longtemps, mais il devrait reprendre la forme en quatre ou cinq tournois», a dit l'Argentin Zeballos, 43e au monde.

Zeballos a mieux servi, a signé des croisés plus mordants et s'est montré plus rapide sur terre battue que le septuple champion de Roland-Garros. Nadal a dit que ce revers lui rappelait ce qu'il savait déjà: défier le triumvirat formé de Novak Djokovic, Roger Federer et Andy Murray sera long et ardu.

«Je ne savais pas comment mon genou allait réagir pendant la semaine, a dit Nadal. J'ai au moins vu que je peux donner une certaine opposition.»

Nadal a confié que son genou va mieux certains jours plutôt que d'autres. Il a évité une opération, mais les raideurs pourraient persister pendant quelques mois. Il portait un bandage au genou lors du tournoi mais il a joué intensément, ne semblant pas être incommodé outre mesure.

«Je reprends un peu plus confiance à chaque jour, a confié Nadal, cinquième à l'ATP. Chaque jour où ça va bien me donne beaucoup d'énergie. Il y a encore de la douleur à l'occasion, mais nous croyons que ça va s'améliorer de semaine en semaine.»

À la suite du scandale impliquant Lance Armstrong, Nadal a été questionné plus d'une fois sur le sujet du dopage. Il est ouvert à plus de tests, mais il déplore que certains joueurs doivent s'y soumettre plus souvent que d'autres.

«On ne devrait pas faire payer tout le monde pour quelques tricheurs», a t-il résumé.

Il dit avoir subi six tests sanguins et d'urine depuis son revers en juin à Wimbledon, son dernier tournoi avant le Chili. Il croit aussi qu'on devrait savoir qui est testé et à quelle fréquence.

«Si on me teste très souvent ou très peu souvent, les gens devraient le savoir, a dit Nadal. J'ai subi plusieurs tests même si j'ai été absent pendant sept mois.»

PLUS:pc