NOUVELLES

Marc Ouellet «papabile»

11/02/2013 12:58 EST | Actualisé 13/04/2013 05:12 EDT
Getty Images
TRIER, GERMANY - APRIL 13: Cardinal Marc Ouellet holds a mass in celebration of The Pilgrimage of the Holy Robe at the Cathedral of St Peter on April 13, 2012 in Trier, Germany. The Pilgrimage of the Holy Robe runs from April 13 to May 13, during which hundreds of thousands pilgrims are expected to view the Holy Robe. The robe, said to have been worn by Jesus Christ leading up to his crucifixion, is housed by the cathedral and rarely displayed for public viewing. (Photo by Ralph Orlowski/Getty Images)

Le nom du cardinal québécois Marc Ouellet circule parmi les vaticanistes et les observateurs des milieux catholiques comme un successeur potentiel du pape Benoît XVI. La fonction qu'il occupe, la visibilité dont il jouit et son âge en font un candidat potentiel, un « papabile » dans la langage du Vatican.

Le cardinal Jean-Claude Turcotte estime que la candidature de M. Ouellet est plausible. « C'est un homme qui a une très grande visibilité au sein de l'Église, explique M. Turcotte. « Ouellet est connu au plan international », poursuit-il. « Il occupe une position très importante au sein de l'Église, la nomination des évêques. Il s'occupe de la nomination de la moitié des évêques du monde. »

M. Turcotte ajoute que son collègue Ouellet parle plusieurs langues et qu'il est connu comme un homme fidèle à l'Église. « Tous ceux qui souhaitent une espèce de continuité - pas trop de différence - doivent regarder du côté d'un homme de ce calibre », poursuit M. Turcotte.

Le journaliste spécialisé en affaires religieuses Alain Crevier partage l'opinion de M. Turcotte dans le dossier de M. Ouellet. Bien qu'il convienne que l'homme ait pu être détesté au Québec, il ne croit pas que c'est de nature à lui nuire sur la scène internationale et plus particulièrement à Rome.

« Au Vatican, on vous dira que quelqu'un qui s'est fait détester dans un pays hautement sécularisé comme le Canada, et particulièrement au Québec, et qui a osé défendre avec courage les valeurs de l'Église catholique, on voit là un valeureux chevalier, un symbole de courage », avance M. Crevier.

Il estime que le courage dont M. Ouellet a fait preuve au Québec et sa proximité avec l'Amérique latine - il a séjourné en Colombie -  font du cardinal Ouellet un candidat plausible à la succession de Benoît XVI. M. Crevier estime qu'il a l'âge idéal pour devenir pape - autour de 70 ans - qu'il a la maturité et une certaine sagesse « du moins aux yeux de l'Église catholique », précise-t-il. 

Les paris sont ouverts

Les principaux preneurs au livre britanniques et irlandais considèrent également Marc Ouellet comme l'un des principaux candidats à la succession du pape. Deux Africains se retrouvent au sommet du classement pendant que M. Ouellet se retrouve en troisième place.

Le plus important preneur au livre, le Britannique William Hill, désigne le Nigérian Francis Arinze gagnant à trois contre un. La cote due Ghanéen Peter Turkson et du Québécois Marc Ouellet est égale à sept contre un.

L'agence irlandaise de preneurs au livre, Paddy Power, désigne le même trio de tête, mais elle place Marc Ouellet au premier rang.

MM. Arinze et Josef Ratzinger, l'éventuel Benoît XVI, se retrouvaient par mi les favoris des preneurs au livre lors de l'élection de 2005.

PLUS:rc