NOUVELLES

L'élection d'un pape, une procédure secrète et complexe

11/02/2013 01:18 EST | Actualisé 13/04/2013 05:12 EDT

VATICAN, État de la Cité du Vatican - La renonciation du pape Benoît XVI met en branle une séquence complexe d'événements pour élire le prochain dirigeant de l'Église catholique. Les lois qui organisent l'élection après la renonciation d'un pape sont les mêmes que celles en vigueur lors d'un décès papal, sauf pour la période de deuil.

Voici les étapes:

- Le Vatican convoque les cardinaux en conclave, qui doit commencer de 15 à 20 jours après la démission de Benoît XVI, le 28 février.

- Les cardinaux qui ont le droit de voter, soit ceux âgés de moins de 80 ans, sont séquestrés au Vatican et font un serment de confidentialité.

- Il y a présentement 118 cardinaux âgés de moins de 80 ans éligibles au vote, dont 67 nommés par Benoît XVI. Mais quatre d'entre eux auront 80 ans d'ici la fin du mois de mars. Selon la date choisie pour le conclave, ils pourraient ne pas être autorisés à voter.

- Tout homme catholique baptisé peut être élu pape, mais seuls des cardinaux ont été choisis depuis 1378.

- Lors du conclave dans la chapelle Sixtine, deux tours de scrutin sont organisés chaque matin, puis deux autres l'après-midi. Une majorité des deux tiers est requise pour qu'un nouveau pape soit élu. Benoît XVI est revenu à cette règle des deux tiers en 2007, renversant une décision prise en 1996 par Jean Paul II, qui avait déclaré qu'une majorité simple pouvait être acceptée après environ 12 jours de votes non concluants.

- Les bulletins de vote sont brûlés après chaque tour. Une fumée noire signifie qu'aucune décision n'a été prise, tandis qu'une fumée blanche indique que les cardinaux ont choisi un pape et que celui-ci a accepté son élection. Des cloches signalent aussi l'élection d'un nouveau pape pour éviter toute confusion sur la couleur de la fumée sortant de la cheminée de la chapelle Sixtine.

- Le nouveau pape est présenté au balcon qui surplombe la place Saint-Pierre avec les mots «Habemus Papam!» («Nous avons un pape!»). Le pape prononce sa première bénédiction.

PLUS:pc